•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cure minceur au Royaume-Uni

Les Britanniques étaient rivés à leurs écrans pour apprendre l'ampleur des compressions imposées par le gouvernement.

Les Britanniques étaient rivés à leurs écrans pour apprendre l'ampleur des compressions imposées par le gouvernement.

Photo : La Presse canadienne / AP/David Cheskin, PA

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Londres dévoile le détail des compressions de 135 G$ qu'il effectuera en quatre ans afin de réduire le déficit record des comptes publics. Quelque 490 000 emplois seront supprimés dans le secteur public.

À Londres, le ministre britannique des Finances George Osborne s'est adressé à la Chambre des communes mercredi pour dévoiler les détails d'un plan de réduction des dépenses sans précédent depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

Le gouvernement du premier ministre conservateur David Cameron et de ses alliés libéraux-démocrates cherche à réduire les dépenses de 135 milliards de dollars en quatre ans. L'objectif consiste à ramener le déficit des comptes publics de 10,1 % du PIB cette année à 1,1 % en 2015.

« Ce sera une route difficile, mais elle mène vers un avenir meilleur. »

— Une citation de  George Osborne

Le plan, présenté comme le plus austère depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, se traduira par la suppression de 490 000 emplois dans le secteur public, principalement par attrition. Des licenciements seront tout de même « inévitables ».

Des compressions d'environ 19 % d'ici quatre ans devront être effectuées en moyenne dans chaque ministère. Le budget du Conseil du Trésor et du ministère de l'Environnement sont les plus touchés avec des réductions de l'ordre de 33 %.

Les ministères des Affaires étrangères, de la Justice, du Commerce, de la Culture, et des Collectivités locales verront leur budget amputé de 23 à 27 % %.

Le budget du ministère de l'Intérieur subira lui aussi des compressions de l'ordre de 23 %, ce qui entraînera notamment une réduction du budget de la police d'environ 4 % par année au cours des quatre prochaines années.

Le gouvernement a aussi annoncé que l'âge de la retraite s'établira à 66 ans plutôt qu'à 65 ans à compter de 2020, soit six ans plus tôt que prévu. Le gouvernement croit que cela lui permettra d'économiser 8 milliards par année.

Le budget de l'aide sociale sera quant à lui amputé de 11,3 milliards de dollars et le régime de pensions des travailleurs du secteur public sera réformé de manière à générer une économie de 3 milliards de dollars.

La chaîne d'informations publiques BBC, qui est financée par une cotisation annuelle des contribuables, devra vivre sans hausse de tarifs pour les six prochaines années, ce qui équivaut à une ponction budgétaire d'environ 16 %. Elle devra en outre assurer seule le financement de son service international, financé jusqu'à maintenant par le ministère des Affaires étrangères.

Même la reine Élisabeth II fera les frais de ces compressions : le service intérieur de la maison royale sera réduit de 14 % sur quatre ans.

Le minstre des Finances George Osborne. À gauche, le premier ministre conservateur David Cameron, à droite, le vice-premier ministre et chef des libéraux-démocrates Nick Clegg.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le ministre des Finances George Osborne. À gauche, le premier ministre conservateur David Cameron, à droite, le vice-premier ministre et chef des libéraux-démocrates Nick Clegg.

Photo : La Presse canadienne / AP/PA

Le budget du ministère des Transports sera réduit de 21 %, mais le gouvernement investira tout de même 48 milliards de dollars dans ses infrastructures. Les tarifs ferroviaires vont aussi grimper : ils pourront être augmentés de manière à dépasser le taux d'inflation de 3 % d'ici 2012.

Le budget de la santé augmentera légèrement, comme l'avaient promis les conservateurs lors de la campagne électorale. Le budget des écoles s'accroîtra aussi quelque peu, bien que le ministère de l'Éducation devra trouver le moyen de réduire ses dépenses administratives de 1 % par année. L'aide au développement augmente également.

Le budget du ministère des Sciences sera gelé pour quatre ans. Le budget du ministère de la Culture est pour sa part réduit, mais le principe de gratuité des musées est maintenu.

Les travaillistes dénoncent une politique « injuste » qui frappera les plus faibles et un « masochisme économique » susceptible de mettre le pays à genoux. Le nouveau chef du Labour, Ed Milliband, accuse le gouvernement de prendre le risque de « faire replonger le pays dans la récession » au moment où la reprise donne des signes de faiblesse.

Dur coup pour la défense britannique

David Cameron avait déjà révélé mardi que le ministère de la Défense devra sabrer 8 % dans son budget. Ces compressions se traduiront par l'élimination de 25 000 postes de fonctionnaires. La marine et l'aviation perdront 5000 militaires chacun, contre 7000 pour l'armée de terre.

Le navire amiral de la Navy, le porte-avions HMS Ark Royal, sera mis au rancart jusqu'à nouvel ordre.

Ironiquement, le premier ministre a cependant confirmé que la construction de deux porte-avions commandés par le précédent gouvernement ira de l'avant, puisque leur abandon aurait coûté encore plus cher.

David Cameron maintient cependant qu'aucune économie ne viendrait hypothéquer l'effort de guerre en Afghanistan, où quelque 10 000 soldats britanniques sont déployés dans la province du Helmand, où l'insurrection est très active.

Avec les informations de Agence France-Presse, The Guardian, Daily Telegraph, et BBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !