•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec pressé d'autoriser le traitement Zamboni

Une colonne vertébrale
Photo: Centre hospitalier universitaire de Dijon
Radio-Canada

Des personnes atteintes de la sclérose en plaques manifestent devant l'Assemblée nationale afin de demander au gouvernement d'autoriser les essais cliniques d'un traitement controversé du médecin italien Paolo Zamboni.

Des dizaines de personnes souffrant de la sclérose en plaques ainsi que leurs proches ont manifesté mardi après-midi devant l'Assemblée nationale pour demander au gouvernement d'autoriser les essais cliniques d'un traitement controversé du Dr Paolo Zamboni.

Rappelons que Québec ne reconnaît pas le traitement du médecin italien parce que des experts ne sont pas convaincus de son efficacité. Selon la théorie du Dr Zamboni, le blocage des veines de la nuque est relié à la sclérose en plaques et les dégager à l'aide d'un petit ballon ou d'une prothèse vasculaire permet de traiter la maladie. Des études ont cependant mis en doute cette théorie.

Pourtant, certains patients atteints de la sclérose en plaques ont subi une opération à l'extérieur du pays et ont remarqué des améliorations spectaculaires. C'est le cas de Francine Deshaies. « Oui, moi, j'ai des améliorations à tous points de vue. Je n'ai plus de migraines, je n'ai plus de brain fog, j'ai de l'énergie, je n'ai plus de fatigue, je plie les genoux, je n'ai plus de spasmes dans les orteils, je n'ai plus de problèmes de vessie, je suis capable d'écrire à nouveau », dit-elle.

Sans avoir participé directement à la manifestation de mardi après-midi, la Société canadienne de la sclérose en plaques (SCSP) tient à formuler deux demandes au gouvernement québécois.

« C'est-à-dire au moins de mettre en place un suivi médical adéquat pour les gens qui reviennent et tout de suite de mettre de l'argent de côté pour procéder au traitement clinique quand la démonstration de la théorie du Dr Zamboni sera faite », affirme le directeur général de la SCSP pour le Québec, Louis Adam.

De son côté, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Yves Bolduc, préfère pour l'instant attendre les conclusions de plusieurs études menées au Canada et ailleurs sur la technique du Dr Zamboni.