•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pouvez-vous entendre les formes ?

Le cerveau d'un homme
Face à l'espérance de vie qui augmente, les scientifiques souhaitent mettre au point des traitements pour retarder le plus possible le vieillissement cérébral. Photo: iStockphoto
Radio-Canada

Le cerveau est capable de déterminer la forme d'un objet en traitant uniquement des sons codés sans aucun apport de la vision ou du toucher, montrent des chercheurs de l'Université McGill.

Est-il possible d'entendre une forme ? Des travaux menés à l'Université McGill ont montré que le cerveau humain est capable de déterminer la forme d'un objet en analysant uniquement des sons spécialement codés sans aucun apport de la vision ou du toucher.

Ces résultats informent sur la plasticité du cerveau et ses capacités à percevoir le monde qui l'entoure, selon les auteurs, qui estiment qu'ils ouvrent de nouvelles avenues qui permettront d'aider les personnes ayant une déficience visuelle ou qui sont aveugles.

La propriété de la forme est habituellement associée aux objets qui existent sur les plans de la vision et du toucher, mais pas du son.

Le fait qu'une propriété du son, comme la fréquence, puisse servir à communiquer de l'information sur la forme semble indiquer que tant que la relation spatiale est codée de façon systématique, la forme peut être préservée et rendue accessible - même si le moyen par lequel l'espace est codé n'est pas spatial dans sa nature concrète.

Jung-Kyong Kim, étudiant au doctorat

En d'autres termes, le cerveau peut apprendre à reconnaître des formes représentées par le son, un peu comme le font le dauphin et la chauve-souris, qui recourent à l'écholocalisation pour explorer leur environnement.

Les personnes ayant un handicap visuel pourraient aussi développer cette habileté, selon les chercheurs.

Comment?

Des participants voyants dont les yeux étaient bandés ont appris à reconnaître de l'information spatiale tactile au moyen de sons cartographiés à partir de formes abstraites.

À la suite d'une période d'apprentissage, les personnes jumelaient des éléments auditifs et des formes discernées tactilement, et généralisaient de nouvelles associations audition-toucher ou son-toucher.

Le Pr Robert Zatorre, auteur principal de l'étude, explique que l'être humain vit dans un monde où il est possible de percevoir les objets en utilisant de multiples éléments sensoriels.

D'une part, cette façon de faire donne lieu à des percepts uniques propres à des sens, comme la couleur dans la vision ou le ton dans l'ouïe; d'autre part, notre système perceptuel peut intégrer de l'information présente dans différents sens et faire naître une représentation unifiée d'un objet [...] Nous pouvons percevoir un objet polysensoriel comme une seule entité, car nous pouvons discerner des attributs équivalents ou points communs dans différents sens.

Pr Robert Zatorre

Des travaux de neuro-imagerie ont d'ailleurs identifié des régions du cerveau qui intègrent l'information provenant de différents sens et qui combinent l'apport de tous les sens pour créer un portrait complet et d'ensemble.

Ces résultats, selon les auteurs, confortent l'hypothèse voulant que notre perception d'un objet cohérent se produise fondamentalement à un niveau abstrait au-delà des modes d'apport sensoriel dans lesquels il se présente.

Le détail de ces travaux financés par les Instituts de recherche en santé du Canada et le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada est publié dans la revue Experimental Brain Research.