•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 15 000 viols dans l'est en 2009

Buira Lubungu, 27 ans, a été violée devant ses cinq enfants par sept hommes le 30 juillet 2009, lors d'une attaque du village de Luvungi par des rebelles hutus.

Buira Lubungu, 27 ans, a été violée devant ses cinq enfants par sept hommes le 30 juillet 2009, lors d'une attaque du village de Luvungi par des rebelles hutus.

Photo : AFP / Marc Hoffer

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Mission de l'ONU pour la stabilisation en RDC rapporte 15 000 viols commis en 2009 dans l'est du pays. L'organisation dit ne pas disposer des ressources nécessaires pour protéger tous les civils.

Un haut responsable de l'ONU a déclaré vendredi devant le Conseil de sécurité des Nations unies que plus de 15 000 viols avaient été répertoriés dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) en 2009.

Le chef de la Mission de l'ONU pour la stabilisation en RDC (MONUSCO), Roger Meece, a soutenu que les viols collectifs « atroces » perpétrés en juillet et en août par des milices rebelles dans la région minière de Walikale ont mis en évidence l'urgence de protéger les civils.

Il a toutefois affirmé après la rencontre que les problèmes de sécurité de l'est du pays sont énormes et a admis que les forces de maintien de la paix ne sont pas en mesure protéger toute la population menacée par les groupes armés qui se disputent les ressources minières de la région et utilisent le viol comme arme de guerre.

« Dans cette vaste région, plus grande que l'Afghanistan, il n'est pas possible pour la MONUSCO de garantir une protection totale à tous les civils. Pour s'approcher de cet objectif, il faudrait des forces et des ressources bien plus élevées. »

— Une citation de  Roger Meece, chef de la MONUSCO

M. Meece a présenté son rapport sur la situation en RDC au lendemain de révélations de l'envoyée spéciale pour les violences sexuelles dans les conflits. Selon Margot Wallström, des soldats de la RDC se sont livrés à des agressions sexuelles et à des pillages dans la même zone où des viols en série ont été commis cet été.

Jusqu'à 500 personnes, dont des enfants, ont été violés à la fin juillet et au début d'août dans 13 villages de l'est du pays, selon l'ONU, qui attribue ces crimes aux miliciens Maï-Maï et aux rebelles hutus des Forces démocratiques de la libération du Rwanda (FDLR).

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !