•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dès samedi

Un orignal

(archives)

Photo : iStockphoto

Radio-Canada

Pendant neuf jours, près du quart de la population de la Gaspésie sort sa carabine pour aller traquer le gros gibier.

La chasse à l'orignal débute samedi matin en Gaspésie.

Lors de cette période, près du quart de la population de la région sort sa carabine et prend les bois durant neuf jours pour traquer le gros gibier.

Pour les commerçants, le début de la chasse représente des affaires d'or. Certains commerces, comme les dépanneurs, voient leur chiffre d'affaires doubler pendant cette période.

« Qu'est-ce qu'on achète pour aller à la chasse? Bière, Pepsi, des cigarettes pour les fumeurs et beaucoup de cochonneries pour manger dans les stands, parce que les journées sont longues », précise le chasseur Marc Lemieux, de Gaspé.

Une augmentation des chasseurs

La Gaspésie compte 10 000 chasseurs de plus qu'il y a 10 ans. En fait, seule l'Abitibi compte plus de chasseurs au Québec. Cette hausse est due en grande partie à l'intérêt de plus en plus marqué chez les femmes pour cette activité.

« Moi, j'ai été élevée là-dedans avec mes frères et mon père. J'ai pris le goût à ça. C'est une drogue, quand on commence ça, on ne peut plus s'en passer », lance la chasseuse de Petit-Cap Hélène Curadeau.

La période la chasse à l'orignal se termine dimanche prochain avec la traditionnelle parade dans les rues du Grand Gaspé.

L'an dernier, il s'est abattu un peu plus de 4000 orignaux en Gaspésie, un record au Québec.