•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

St-Pierre se veut la ministre de toutes les femmes

La ministre Christine St-Pierre

La ministre Christine St-Pierre

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La ministre s'appuie sur les réalisations de son gouvernement pour dénoncer l'occupation de ses bureaux par des manifestantes de la FFQ, jeudi soir. L'organisme de défense des droits des femmes juge que l'occupation était justifiée.

La ministre de la Condition féminine, Christine St-Pierre, déplore l'occupation de ses bureaux par des manifestantes de la Fédération des femmes du Québec (FFQ) jeudi.

La ministre a tenu à rappeler le bilan de son gouvernement dans les dossiers concernant les femmes.

Mme Saint-Pierre cite notamment la hausse du salaire minimum, qui est passé de 7,30 $ de l'heure à 9,50 $ de l'heure, et la réduction de l'écart de rémunération entre les hommes et les femmes.

« J'ai énormément de respect pour la Fédération des femmes du Québec (FFQ), mais la FFQ ne peut pas dicter la conduite de la ministre », a déploré la ministre.

Je dois représenter toutes les femmes du Québec et être à l'écoute de toutes leurs revendications.

Christine St-Pierre

La ministre invite plutôt la FFQ au dialogue, elle qui présentera un nouveau plan d'action qui doit toucher les femmes.

De son côté, la FFQ persiste et signe. Elle estime son occupation justifiée et croit qu'il est temps de durcir le ton envers la ministre St-Pierre. Tout en reconnaissant certaines actions du gouvernement, la FFQ les estime insuffisantes.

« On a décidé de faire cette action-là dans la mesure où il y a un durcissement de la part des gouvernements et très, très peu d'écoute », a déclaré la présidente de la FFQ, Alexa Conradi. « Mme St-Pierre a dit, en début de semaine, qu'elle n'avait ni réponse rapide ni réponse satisfaisante pour la marche des femmes. Pourtant, elle a les demandes depuis sept mois donc on a été très pacifiques, très polies et on n'a fait [de] dommage à personne. L'idée, c'est de démontrer qu'on voulait changer de ton. »

Neuf arrestations

Une quinzaine de femmes ont occupé le bureau de la ministre de la Condition féminine Christine St-Pierre, jeudi soir, pendant que d'autres femmes manifestaient devant l'immeuble. La police est intervenue pour faire cesser l'occupation.

Neuf des quinze femmes qui se trouvaient à l'intérieur ont résisté et ont été arrêtées avant d'être relâchées sur promesse de comparaître.

L'occupation avait commencé en fin d'après-midi.

Les femmes manifestaient pour réclamer entre autres une augmentation du salaire minimum, le retour des cours d'éducation sexuelle dans les écoles, l'intervention du gouvernement au sujet de la publicité sexiste et la fin du recrutement militaire dans les écoles.

Cette manifestation survient à trois jours du rassemblement national de la Marche mondiale des femmes, qui aura lieu dimanche à Rimouski.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !