•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa connaît l'identité des politiciens « sous influence »

Richard Fadden en 2002

Richard Fadden, directeur du Service canadien du renseignement de sécurité

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le directeur du SCRS, Richard Fadden, a informé le ministre de la Sécurité publique, Vic Toews, de l'identité des politiciens qu'il soupçonne d'être à la solde de gouvernements étrangers.

Le directeur du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS), Richard Fadden, a révélé au ministère fédéral de la Sécurité publique l'identité des politiciens soupçonnés par ses services d'être à la solde de puissances étrangères.

C'est du moins ce que révèlent des documents ultra-secrets dont le quotidien Toronto Star a obtenu copie.

Dans le document non daté, le directeur du SCRS, Richard Fadden, informe le ministre de la Sécurité publique, Vic Toews, de la nature exacte de la menace qu'il a évoquée dans une entrevue télévisée plus tôt cette année.

Selon le Toronto Star, on comprend à la lecture du document lourdement censuré que l'identité des personnes soupçonnées a bel et bien été transmise au ministre Toews après la sortie controversée du directeur du SCRS au début de l'été.

Richard Fadden avait provoqué une onde de choc le 21 juin dernier en révélant dans une entrevue diffusée par la CBC l'existence d'opérations de noyautage menées par des gouvernements étrangers auprès de politiciens canadiens.

Selon ses dires, des puissances étrangères, dont notamment la Chine, tentent d'infiltrer les communautés ethniques du pays pour influencer des politiciens et se rapprocher des centres décisionnels au pays.

Il avait ajouté que les services canadiens de contre-espionnage soupçonnaient les ministres d'au moins deux gouvernements provinciaux et plusieurs politiciens municipaux de la Colombie-Britannique d'être à la solde de gouvernements étrangers.

Plus tôt cette année, le directeur du SCRS a expliqué au comité parlementaire de la Sécurité publique qu'il n'avait pas informé immédiatement le ministre Toews qu'il y avait des doutes au sujet de deux membres de gouvernements provinciaux, car il attendait les résultats d'analyses plus approfondies.

Contacté par le Toronto Star, le bureau du ministre fédéral de la Sécurité publique s'est abstenu de tout commentaire concernant cette affaire.

Avec les informations de The Toronto Star

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !