•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'extradition de Graham James pourrait prendre du temps

Chargement de l’image

Graham James, en 1989

Photo : La Presse canadienne / Bill Becker

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'extradition du délinquant sexuel Graham James pourrait prendre beaucoup de temps s'il se trouve au Mexique, où il a été vu pour la dernière fois.

L'avocat de Graham James, Evan Roitenberg, a confirmé mercredi que son client était prêt à collaborer avec les autorités, après les nouvelles accusations qui ont été portées contre lui. Il ne dira cependant pas où se trouve son client.

Neuf nouveaux chefs d'accusations d'agressions sexuelles ont été déposés mercredi par la Couronne devant la Cour du Manitoba contre l'ancien entraîneur de hockey junior. Ces accusations concernent trois nouvelles victimes présumées, dont l'ancienne vedette de la Ligue nationale de hockey Theoren Fleury.

Graham James est activement recherché par la police de Winnipeg, qui a lancé un mandat d'arrêt national contre lui mercredi. Une équipe de CBC l'avait retrouvé dernièrement au Mexique.

La question se pose quant à la portée de ce mandat si l'homme recherché se trouve toujours au Mexique, ce que la police de Winnipeg n'a pas confirmé mercredi lors d'un point de presse. Des ententes en matière d'extradition existent entre ce pays et le Canada, mais ce processus peut prendre beaucoup de temps.

« Il y a des audiences d'extradition qui ont déjà pris 10 ans au Canada, on peut penser à Karlheinz Schreiber, par exemple. Donc, cela peut prendre pas mal de temps », affirme l'avocat Gary Botting.

Fleury soulagé

Quoi qu'il en soit, l'ancien joueur des Flames de Calgary s'est dit soulagé d'apprendre que l'enquête sur Graham James progressait. Theoren Fleury, l'un des plaignants, a cependant encore du chemin à parcourir. Il se met à l'écoute des hommes qui ont été agressés sexuellement parce que, selon lui, il faut encore améliorer le soutien offert aux victimes. « Moi, cela m'a pris 27 ans avant de trouver le soutien nécessaire », souligne-t-il.

Ces nouvelles accusations réveillent de mauvais souvenirs chez bien des gens, notamment chez Barry Webster, gouverneur des Warriors de Moose Jaw de 1984 à 2004 . À l'époque, l'entraîneur de l'équipe était Graham James.

Il n'est toutefois pas étonné d'apprendre que l'ancien entraîneur aurait fait d'autres victimes. Graham James était capable de bien cacher son jeu et d'exercer une grande influence sur ses joueurs, selon lui.

« J'aimerais retourner 30 ans en arrière. Les choses ont changé depuis lors. Je sais que les différentes ligues ont adopté de nouvelles pratiques et cela ne peut plus se produire sans être décelé », se réjouit-il.

Le passé criminel des entraîneurs est désormais passé au peigne fin avant leur embauche, afin de s'assurer qu'ils n'abusent pas des enfants.

L'ancien entraîneur de hockey junior avait déjà plaidé coupable à des accusations relatives à des agressions sexuelles impliquant des joueurs d'âge mineur. Il avait été condamné à trois ans et demi de pénitencier en 1997, avant d'obtenir un pardon sur son passé criminel en 2007.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !