•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'OMS au secours des démunis

Un chercheur au travail au Centre de contrôle des maladies de Colombie-Britannique, à Vancouver
Photo: La Presse canadienne / Darryl Dyck

L'Organisation mondiale de la santé se donne cinq ans pour « maîtriser » les maladies négligées par les compagnies pharmaceutiques. Ces maladies concernent un milliard de personnes, essentiellement dans les pays pauvres.

Maîtriser les maladies négligées d'ici 2015 : c'est l'objectif que se fixe l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans son plus récent rapport qui se penche, pour la première fois, sur des maladies qui affligent avant tout les populations des pays pauvres.

Selon l'OMS, quelque 17 infections qui n'existent quasiment plus dans les pays développés touchent pourtant un milliard de personnes dans le monde et font 534 000 morts chaque année.

L'OMS en appelle particulièrement aux gouvernements et aux donateurs à faire davantage pour faciliter l'accès aux soins et encourager la recherche.

L'Organisation mondiale de la santé identifie certaines maladies tropicales dont le traitement ne coûte que quelques centimes. Parmi elles la maladie de Chagas, qui touche dix millions de personnes en Amérique latine, et la dengue, une maladie infectieuse transmise par les moustiques. Elles constituent désormais un risque réel pour les pays développés.

Les besoins en termes de prévention et de traitement sont énormes, mais les personnes touchées sont pauvres et n'ont donc que peu accès aux interventions et aux services nécessaires pour en bénéficier.

Margaret Chan, directrice générale de l'OMS

Margaret Chan ajoute que l'industrie pharmaceutique est peu encline à investir dans la mise au point de produits nouveaux ou meilleurs contre des maladies liées à la pauvreté, « sachant que les patients n'auront pas les moyens de payer ».

Alors qu'un habitant de la planète sur six est atteint de maladies tropicales négligées, moins de 1 % des quelque 1400 médicaments homologués entre 1975 et 1999 étaient destinés au traitement des maladies tropicales, selon les données de l'OMS.

La fabrication de médicaments pour traiter ces maladies doit être plus attrayante aux yeux des entreprises qui fabriquent les médicaments génériques, soutient la directrice générale de l'OMS.

Mais, l'OMS mise avant tout sur le dépistage et le traitement précoces de ces maladies et appelle à mettre au point des approches et des outils simples, sûrs, efficaces et peu coûteux.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters