•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville et le SPVM ensemble pour les sans-abri

Itinérante

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dans l'objectif de venir en aide aux itinérants de Montréal de façon « concrète », la Ville de Montréal et la police lancent 11 actions ciblées. Mais le financement n'est pas encore au rendez-vous.

Pour faire suite notamment aux demandes des organismes qui s'occupent des sans-abri à Montréal, le maire de la ville a mis sur pied des mesures qu'il estime concrètes pour venir en aide rapidement aux gens les plus vulnérables.

Mercredi, le maire Gérald Tremblay et Marc Parent, chef du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), ont lancé le Plan d'action ciblé en itinérance, qui comprend deux objectifs séparés en 11 actions.

On constate que sur ces 11 actions, deux se veulent un projet-pilote, cinq n'ont pas de partenaires confirmés, et six n'ont pas encore obtenu le financement nécessaire.

En effet, Montréal va demander 29,5 millions de dollars à Québec et 21 millions de dollars à Ottawa. Plusieurs actions du plan ne se réaliseront pas si la Ville ne les obtient pas.

Avec cet argent, on pourra construire notamment 750 logements et chambres avec soutien communautaire et maintenir le projet-pilote de procureur désigné, qui soutient les itinérants dans leurs démarches judiciaires.

Un projet-pilote visant particulièrement les Premières Nations et les Inuits pourrait aussi voir le jour, avec la participation de la société Makivik qui représente les 14 communautés du Nunavik.

Le rôle de la police avec les sans-abri

Le SPVM s'impliquera dans cinq actions afin d'offrir des alternatives à la judiciarisation des itinérants et de les mener vers les bonnes ressources.

Pour l'instant, deux policiers et deux intervenants du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) Jeanne-Mance travaillent déjà avec les sans-abri au sein de l'Équipe mobile de référence et d'intervention en itinérance (EMRII). Le SPVM juge qu'il faudrait quatre policiers de plus à cette équipe.

Au moment de mettre en ligne, le Réseau d'aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM) n'avait pas rappelé Radio-Canada.

Plan d'action ciblé en itinérance

Objectif numéro 1 : répondre aux besoins de base des personnes en situation d'itinérance ou à risque

  • Développer de nouveaux logements à but non lucratif avec soutien communautaire pour les personnes sans-abri ou vulnérables;
  • Sauvegarder des maisons de chambres pour les personnes sans-abri ou vulnérables;
  • Améliorer la salubrité des maisons de chambres;
  • Ouvrir un centre de répit et de dégrisement, assorti d'un système de référence téléphonique 24 jours sur 7;
  • Consolider un réseau de centres de jour pour faciliter l'accès des personnes en situation d'itinérance aux ressources appropriées;
  • Développer une approche d'intervention adaptée à la communauté inuite en situation d'itinérance;

Objectif numéro 2 : réduire les problèmes de partage de l'espace urbain et le renforcement de l'exercice de la citoyenneté (interventions du SPVM)

  • Déployer un plan d'intervention dans les espaces publics de Ville-Marie;
  • Consolider l'Équipe mobile de référence et d'intervention en itinérance (EMRII);
  • Améliorer les outils d'intervention des patrouilleurs du SPVM auprès des personnes en situation d'itinérance ou à risque;
  • Mettre en place des mesures constituant des alternatives à l'incarcération des personnes en situation d'itinérance;
  • Définir et déployer un projet de médiation urbaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !