•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accueil triomphal d'Ahmadinejad au Liban

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad en compagnie du ministre libanais de la Défense, Elias Murr.

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad en compagnie du ministre libanais de la Défense, Elias Murr.

Photo : La Presse canadienne / Bilal Hussein

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a été accueilli en héros mercredi par des milliers de partisans du Hezbollah venus le saluer à l'occasion de sa première visite en sol libanais.

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a eu droit à un accueil enthousiaste mercredi à son arrivée au Liban. Des dizaines de milliers de personnes mobilisées par le Hezbollah s'étaient donné rendez-vous sur la route de l'aéroport pour saluer le président iranien en visite officielle dans le pays.

Tout au long du trajet, le président iranien a salué, par le toit ouvrant de sa voiture, la foule qui lui souhaitait la bienvenue en langue farsi.

Reçu au palais présidentiel de Baabda par son homologue libanais, Michel Sleimane, le président de l'Iran a déclaré que son pays soutenait « avec force la résistance du peuple libanais contre le régime sioniste ».

« Nous avons tous les deux des intérêts et des ennemis communs », a poursuivi Mahmoud Ahmadinejad en faisant référence à la guerre entre Israël et les troupes du mouvement chiite Hezbollah qui a embrasé le Liban en 2006.

Soulignant l'incapacité d'Israël de vaincre le Hezbollah lors de cette guerre, Mahmoud Ahmadinejad a déclaré que la résistance du mouvement chiite avait « changé l'équilibre des forces dans la région ».

Profitant de cette première visite officielle du président iranien au Liban, les deux hommes ont signé une série d'accords notamment sur l'énergie, le commerce, le tourisme et la technologie. Mahmoud Ahmadinejad a aussi rencontré le premier ministre, Saad Hariri, et le chef du Parlement, Nabih Berri.

Visiblement satisfait de la tournure des événements, le Hezbollah a profité de l'occasion pour érafler au passage les opposants à cette visite du président iranien en sol libanais.

« Cet accueil populaire sera une gifle à tous ceux qui ont critiqué la visite, notamment les États-Unis et Israël, qui vivent dans un état de nervosité à cause de la venue de M. Ahmadinejad », pouvait-on entendre mercredi sur la chaîne du Hezbollah, Al-Manar.

Washington et Israël ont effectivement exprimé des réserves quant à cette visite au Liban du président iranien, qu'ils accusent notamment d'armer et de soutenir le Hezbollah au Liban.

De passage à Pristina, au Kosovo, la secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, a déclaré que les États-Unis s'opposaient aux efforts de l'Iran pour déstabiliser le Liban. En Israël, le député d'extrême droite Arié Eldad a même proposé de profiter de la présence de Mahmoud Ahmadinejad au Liban pour « l'éliminer ».

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !