•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des sociétés canadiennes financent des candidats américains

Site du Capitol, Washington

Site du Capitol, Washington

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des sociétés canadiennes ont contribué à la caisse électorale des démocrates et des républicains pour les élections de mi-mandat de novembre prochain aux États-Unis.

Aux États-Unis, des sociétés canadiennes ont contribué à la caisse électorale de candidats démocrates et républicains pour les élections de mi-mandat de novembre.

C'est ce que l'on découvre en cherchant sur OpenSecrets.org, un site du Center for Responsive Politics. Cet organisme américain indépendant spécialisé dans le financement électoral et le lobbying recense les entreprises étrangères qui ont contribué au financement des partis politiques.

Au total, 13 sociétés canadiennes ont donné 309 550 $US (312 955 $CAN) pour la campagne électorale de mi-mandat, qui doit renouveler l'ensemble des élus à la Chambre des représentants et un tiers du Sénat.

Quelles sont ces entreprises?

À titre d'exemple, la Financière Manuvie est la société canadienne à avoir le plus contribué. Elle a donné 118 500 $US par l'entremise de sa filiale John Hancock Life Insurance. Environ les trois quarts de cette somme sont allés aux démocrates, le reste aux républicains.

On retrouve aussi la minière Barrick Gold (66 550 $US) et la compagnie de chemin de fer Canadien National (36 250 $US).

Ces informations montrent aussi la répartition des dons entre républicains et démocrates. Ces derniers ont empoché pratiquement deux fois plus d'argent en provenance d'entreprises canadiennes que leurs rivaux.

Un financement légal

Ce financement est légal. Les entreprises étrangères peuvent contribuer au financement politique par l'entremise de leur filiale américaine. Il leur suffit de créer des comités d'action politique (political action committees) et de récolter de l'argent auprès de leurs employés américains.

Avec les informations de Rue89.com

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !