ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mission accomplie

Luis Alberto Urzua (centre gauche) en compagnie du président chilien Sebastian Pinera

Luis Alberto Urzua (centre gauche) en compagnie du président chilien Sebastian Pinera

Photo : AFP / Juan Mabromata

Radio-Canada

Au terme d'une captivité de 69 jours sous terre et d'une journée fertile en émotions, les 33 travailleurs de la mine de San José ont maintenant tous recouvré leur liberté. Les six secouristes sont eux aussi revenus à la surface.

Attendus impatiemment par leurs proches, les 33 mineurs chiliens de la mine de Copiapo ont finalement recouvré leur liberté au terme d'une captivité de 69 jours sous terre et d'une journée fertile en émotions. Amorcée à minuit douze, heure locale, dans la nuit de mardi à mercredi (23 h 12, heure avancée de l'Est), l'opération de sauvetage suivie dans le monde entier s'est déroulée sans heurts, nécessitant moins de 24 heures au lieu des 48 heures prévues.

Les autorités chiliennes avaient prévu une heure par remontée, mais ce rythme s'est accéléré au fil des remontées.

Le premier groupe de rescapés était formé des quatre à cinq travailleurs jugés « plus adroits ». Une dizaine de mineurs jugés plus faibles physiquement ou psychologiquement ont suivi, avec les plus forts en dernier, capables de supporter une attente prolongée.

Luis Alberto Urzua, 54 ans, le contremaître qui a maintenu l'unité du groupe quand les mineurs étaient coupés du monde, a été le dernier hissé à la surface dans une explosion de joie, à 21 h 56, heure locale.

Merci à tout le Chili et à toutes les personnes qui nous ont secourus. Je suis fier de vivre ici.

Luis Alberto Urzua, à sa sortie de la mine

Cet épisode a mis fin à la plus longue captivité souterraine de l'histoire de l'humanité.

Dans la capitale, Santiago, un concert de klaxons a retenti à l'annonce de sa libération. Sous terre, les secouristes ont brandi devant les caméras souterraines un panneau disant « Mission accomplie ».

Le président chilien, Sebastian Piňera, qui était sur place pour accueillir chacun des mineurs, a de son côté longuement pris dans ses bras Luis Alberto Urzua, le félicitant pour « avoir rempli son devoir de capitaine en sortant en dernier ».

Les deux hommes et la foule sur place ont ensuite entonné l'hymne national chilien, alors que les mineurs tenaient leur casque près de leur coeur.

Au cours de la journée, les mineurs avaient pris place, l'un après l'autre, dans un ordre prédéterminé dans la nacelle de secours qui les a remontés à la surface à travers quelque 600 mètres de roc. Peinte aux couleurs du drapeau chilien, la capsule cylindrique faisait 2,50 m de long et mesurait environ 60 centimètres de diamètre, à peine plus que les épaules des mineurs.

En référence à la « renaissance » des mineurs, les secouristes l'avaient surnommée Phénix, en hommage à l'oiseau mythique qui renaît de ses cendres.

J'ai changé, je suis un homme différent.

Mario Gomez, s'adressant au président chilien

Le sauvetage avait été planifié avec un soin extrême. Pendant toute leur ascension, les mineurs étaient surveillés par vidéo afin de détecter tout signe de panique. Ils avaient des masques à oxygène et portaient des vêtements conçus pour faciliter la transition entre la chaleur étouffante de la mine et l'air frais du désert. Ils portaient aussi des lunettes de soleil pour protéger leurs yeux de la lumière, dont ils ont été privés pendant plus de deux mois.

À leur sortie de la nacelle, plusieurs ont brandi les poings dans les airs alors que d'autres ont crié ou même blagué ou encore se sont jetés sur le sol pour remercier Dieu.

Chaque arrivée était accueillie par les applaudissements nourris de la foule, et les retrouvailles avec leurs proches se sont déroulées sous le signe de l'émotion.

Le président chilien s'est adressé à chacun des mineurs lors de leur sortie à l'air libre. « Bienvenue à la vie », a-t-il dit, par exemple, à Victor Segvia, le 15e mineur à sortir.

Florencio AvalosAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Florencio Avalos, le premier à sortir, a reçu une accolade chaleureuse du président chilien Sebastian Pinera

Le premier travailleur hissé à la surface a été Florencio Avalos, 31 ans, un mineur combinant jeunesse et expérience. Son fils de 7 ans, en larmes, a eu droit à une longue étreinte de son père.

Aux abords de la mine, la cohue médiatique s'est transformée en véritable pugilat médiatique lors de la sortie du premier mineur, les journalistes encerclant la famille qui profitait de ses retrouvailles.

En plus de 800 proches et parents de mineurs, plus de 2000 journalistes se trouvaient sur le site de la mine de San José.

Le président de la Bolivie, Evo Morales, était venu assister à la remontée des mineurs, dont l'un est d'origine bolivienne. Sa visite a permis un rapprochement entre les deux pays, qu'un conflit oppose depuis des décennies. Il a demandé « comment payer notre dette pour ces efforts » déployés par le Chili.

Après la remontée du cinquième travailleur, l'équipe de sauveteurs a interrompu ses activités afin de vérifier l'état de la nacelle et de tout le reste de l'équipement. Cette vérification était prévue avant le début de l'opération de sauvetage. La porte de la nacelle s'est bloquée en quelques occasions, et ses roues ont dû être lubrifiées au moins une fois, mais tout s'est passé exactement comme prévu.

La remontée du sixième et dernier secouriste s'est terminée à minuit trente (heure locale). Celui-ci s'est approché du président Piňera, lui demandant de faire en sorte qu'une telle tragédie ne se reproduise jamais.

Des mineurs en santé

Les mineurs sont apparus en meilleure forme que ce à quoi plusieurs s'attendaient. Chacun d'entre eux devait aller à l'hôpital pour s'assurer que son état de santé était bon. L'un des mineurs devait être soigné pour une pneumonie, et deux autres avaient besoin de soins dentaires.

Le ministre chilien de la Santé, Jaime Manalich, a indiqué que l'état de santé des mineurs était « plus que satisfaisant ». Il a précisé que certains des mineurs pourraient probablement quitter l'hôpital jeudi.

Durant les 17 premiers jours de leur captivité, personne ne savait que les mineurs étaient encore vivants. Au cours de cette période, ils ont survécu avec des rations prévues pour 48 heures, avant que les secouristes ne parviennent à les localiser et à creuser un trou pour leur faire parvenir de la nourriture.

Un président heureux, qui tire des leçons

Le président Pinera lors d'une conférence de presse après la sortie du dernier mineur.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président Pinera lors d'une conférence de presse après la sortie du dernier mineur.

Photo : AFP / Juan Mabromata

Après la remontée du 33e mineur, le président Piňera s'est adressé aux médias, louangeant la force, l'attitude, la solidarité et le courage des mineurs.

« Chacun des mineurs nous a remerciés. Je leur ai dit: "c'est nous qui devons vous dire merci" », a-t-il ajouté. Ils ont montré l'exemple au monde entier, montrant leur aptitude à lutter contre l'adversité, a-t-il affirmé.

Le Chili a été dans les coeurs des Chiliens et Latino-Américains. Nous avons été dans le coeur du monde.

Le président chilien

Le président a également rendu hommage aux ingénieurs, aux médecins et aux sauveteurs.

« Ceux qui sont responsables de cette tragédie devront assumer leurs responsabilités », a-t-il toutefois averti. Il a dit voir dans cette expérience « une leçon pour la protection, la vie et l'intégrité des mineurs, mais aussi de tous les travailleurs », soulignant l'existence de lacunes dans des domaines comme les transports et l'agriculture.

« J'espère être en mesure de vous annoncer [sous peu] un nouvel accord avec les travailleurs du Chili », a-t-il déclaré.

Évoquant le tremblement de terre et le raz-de-marée survenus au pays en février dernier, le président Piňera s'est dit en outre « persuadé que Dieu ne nous impose jamais des fardeaux que nous ne pouvons pas affronter. « Le Chili est plus fort qu'il ne l'était auparavant », a-t-il soutenu. Je suis extrêmement fier d'avoir le privilège et la responsabilité d'être le président du Chili cette année.

Images d'une libération

Florencio AvalosAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Florencio Avalos, le premier à sortir, a reçu une accolade chaleureuse du président chilien Sebastian Pinera

Le deuxième mineur sort de la mine de San José, au ChiliAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mario Sepulveda, le deuxième rescapé

Juan Andrés Illanes, troisième mineur chilien à sortirAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Juan Andrés Illanes, troisième à sortir

Carlos Mamani, quatrième mineur à sortir de la mine de San José, dans la nuit du 12 au 13 octobre 2010.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Carlos Mamani, quatrième mineur à sortir

Jimmy Sanchez, le cinquième mineur secouruAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jimmy Sanchez, le cinquième mineur secouru

Osman Araya, le sixième mineur secouruAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Osman Araya, le sixième mineur secouru

Jose Oleda Vidal, diabétique, est le septième mineur à remonter à la surface à 5 h 21.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jose Oleda Vidal, le septième mineur secouru

Claudio Yanez Lago est sorti à 6 h 3 pour serrer sans ses bras sa promise.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Claudio Yanez Lago, le huitième mineur secouru

Le neuvième mineur à respirer l'air frais de la surface est Mario Gomez Heredia, 63 ans. Il est père de quatre filles et souffre de problèmes pulmonaires.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mario Gomez Heredia, le neuvième mineur secouru

La nacelle transportant Alex Vega Salazar a atteint la surface à 7 h 53. Ce mineur souffre d'hypertension et d'insuffisance rénale.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Alex Vega Salazar, le dixième mineur secouru

Le 12e mineur secouru est Edison Pena Villaroel. Il est âgé de 34ans et il est très athlétique.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Edison Pena Villaroel, le douzième mineur secouru

Photo : La Presse canadienne / APTN

Carlos Barrios, 27 ans, est le 13e mineur ramené à la surface.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Carlos Barrios, treizième mineur secouru

Photo : La Presse canadienne / APTN

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Victor Zamora, le quatorzième mineur secouru

Photo : La Presse canadienne / APTN

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Victor Segovia, le quinzième mineur secouru

Photo : La Presse canadienne / APTN

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Daniel Herrera, le seizième mineur secouru

Photo : La Presse canadienne / APTN

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Omar Reygada, le 17e mineur secouru.

Photo : La Presse canadienne / APTN

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Esteban Rojas

Photo : La Presse canadienne / APTN

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Pablo Rojas, 45 ans, le 19e mineur secouru

Photo : AFP / Gouvernement du Chili - Hugo Infante

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dario Segovia, le 20e mineur secouru

Photo : AFP / Rodrigo Arangua

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Yony Barrios, le 21e mineur secouru

Photo : AFP / Juan Mabromata

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Samuel Avalos, le 22e mineur a être secouru

Photo : La Presse canadienne / Dario Lopez-Mills

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président Pinera applaudit la sortie de Carlos Bugueno, le 23e mineur secouru.

Photo : AFP / Alex Ibanez / Bureaux de la présidence

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

José Henriquez, le 24e mineur secouru

Photo : AFP / Juan Mabromata

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Renan Avalos, le 25e mineur secouru

Photo : AFP / Juan Mabromata

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le mineur Claudio Acuna Cortes a sa sortie de la mine de Copiapo

Photo : La Presse canadienne / Roberto Candia

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Franklin Lobos, 53 ans, a été le 27e mineur secouru. L'ancien joueur de football a reçu une offre pour être entraîneur à sa sortie.

Photo : AFP / Gouvernement chilien/Gabriel Ortega

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Richard Villarroel, 26 ans, a été le 28e mineur secouru de la mine.

Photo : AFP / Gouvernement chilien/Hugo Infante

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Juan Carlos Aguilar, 49 ans, a été le 29e mineur secouru.

Photo : AFP / Gouvernement chilien/Hugo Infante

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le mineur Raul Enrique Bustos à sa sortie de la capsule Phénix.

Photo : La Presse canadienne / Alex Ibanez, Presse présidentielle chilienne

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Pedro Cortez, le 31e mineur secouru

Photo : AFP / Juan Mabromata

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le mineur Ariel Ticona Yanez sourit à sa sortie de la mine.

Photo : La Presse canadienne / Hugo Infante

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Luis Urzúa est le dernier mineur à avoir été évacué.

69 jours de noirceur

Pendant plus de deux mois, les 33 mineurs, âgés de 19 à 63 ans, ont combattu la faim, l'anxiété et la maladie.

Le premier signe de vie des mineurs est arrivé le 22 août, 17 jours après l'éboulement du 5 août qui les a bloqués à quelque 700 mètres sous terre. Les mineurs avaient attaché leur message à une sonde, qui a été hissée jusqu'à la surface.

Avant d'établir un contact avec la surface, les mineurs se sont nourris de rations de thon, de biscuits et de lait. Les secouristes ont ensuite commencé à leur envoyer de la soupe et des médicaments, puis de la viande et du riz, les forçant à maintenir une diète stricte pour permettre leur évacuation dans l'espace restreint de deux pieds de diamètre.

Les mineurs ont par la suite été capables de communiquer avec leurs proches par vidéoconférence.

Pour atténuer l'impact de leur retour à la surface, les 33 hommes ont installé des lumières et simulé le jour et la nuit. Des exercices leur ont été imposés pour maintenir la forme en vue de leur sortie. Au cours des dernières semaines, les mineurs ont aidé les secouristes en enlevant les débris qui tombaient dans le tunnel de la mine.

Les mineurs se sont occupés en suivant des parties de football en direct, en regardant des vidéos et en jouant aux cartes, aux dominos et aux dés.

Des lecteurs de musique, des bibles et des rosaires bénits par le pape leur avaient été envoyés. Au cours des dernières semaines, les psychologues ont autorisé qu'on leur envoie des éditions récentes de journaux nationaux. L'un des mineurs avait aussi reçu une caméra vidéo.

Les 33 mineurs

Les mineurs

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !