•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dur revers pour le Canada aux Nations unies

L'assemblée générale des Nations unies
Radio-Canada

Après avoir subi deux revers aux Nations unies pour l'obtention d'un siège au Conseil de sécurité, le Canada retire sa candidature au troisième tour de vote, concédant la victoire au Portugal.

Le Canada ne siégera pas au Conseil de sécurité des Nations unies. Mardi, Ottawa a retiré sa candidature pour l'obtention d'un siège temporaire au Conseil de sécurité après avoir perdu les deux premiers tours de scrutin contre l'Allemagne et le Portugal.

Au premier tour, les représentants des 192 États membres de l'Organisation des Nations unies (ONU) ont attribué l'un des deux sièges vacants au Conseil de sécurité à l'Allemagne.

Il s'agit de sièges non permanents qui sont attribués tous les deux ans par un vote des pays membres de l'ONU.

L'Allemagne a remporté le premier siège de justesse en récoltant 128 votes contre 122 pour le Portugal et 114 pour le Canada, lors du premier tour pendant lequel chaque pays avait droit à deux choix.

Au second tour de vote, le Canada a obtenu 78 voix contre 113 pour le Portugal. Comme aucun des deux pays n'a obtenu les deux tiers des voix exprimées, un troisième tour de scrutin était nécessaire.

Peu avant le troisième vote, le Canada a annoncé qu'il retirait sa candidature, concédant par le fait même la victoire au Portugal. Le troisième tour de vote a tout de même eu lieu. Le résultat : 150 voix pour le Portugal contre 32 pour le Canada.

C'est la première fois que le Canada subit un tel revers aux Nations unies lors des élections pour l'occupation des sièges non permanents au Conseil de sécurité de l'ONU.

En tout, cinq sièges non permanents devaient être pourvus mardi au Conseil de sécurité des Nations unies.

Les deux sièges que se disputaient l'Allemagne, le Canada et le Portugal étaient auparavant détenus par l'Autriche et la Turquie.

Les trois autres sièges non permanents à remplacer ont été attribués sans opposition. Ainsi, l'Inde a pris la place du Japon au Conseil pour la région de l'Asie, la Colombie a pris celle du Mexique pour l'Amérique latine et l'Afrique du Sud occupera le poste que détenait jusqu'ici l'Ouganda pour l'Afrique.

Des conditions moins enviables pour le Canada

Au cours d'un point de presse qui a suivi le vote, le ministre des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, a attribué la défaite du Canada à des déclarations du chef de l'opposition Michael Ignatieff, et a évoqué la possibilité que la politique étrangère du Canada ait été en cause.

Depuis 1948, le Canada a toujours décroché un siège non permanent au Conseil de sécurité à chacune de ses candidatures.

La dernière fois que le Canada a siégé du côté des non-permanents remonte à 1998 pour une période de deux ans. Le ministre fédéral des Affaires étrangères de l'époque, Lloyd Axworthy, parcourait alors le globe pour faire valoir sa politique de sécurité humaine. M. Axworthy avait de plus participé à un traité d'interdiction de mines antipersonnel et à un traité créant la Cour pénale internationale.

La position controversée adoptée par le Canada à Copenhague sur la lutte contre les changements climatiques en 2009 n'est pas étrangère non plus à la réserve que certains pays de l'ONU ont pu entretenir lors du vote.

Des États membres de l'ONU n'ont pas aimé non plus l'appui sans concession du Canada à Israël en 2006 lors de son attaque du Liban, ni sa politique d'alignement avec les États-Unis.

Un club sélect

Principal organe décisionnel de l'ONU, le Conseil de sécurité est composé de 15 membres, dont 5 permanents, qui disposent chacun d'un droit de veto. Les cinq membres permanents sont les États-Unis, la Chine, la France, la Russie et le Royaume-Uni.

Le Conseil de sécurité a la responsabilité de veiller au maintien de la paix et à la sécurité internationale. Ayant une valeur contraignante, les décisions du Conseil de sécurité doivent être entérinées par 9 des 15 membres sans qu'aucun des membres permanents se prévale de son droit de veto.

Le Japon (Asie), le Mexique (Amérique latine), l'Ouganda (Afrique) de même que l'Autriche et la Turquie (Europe occidentale et autres groupes) quittent le Conseil de sécurité pour être respectivement remplacés par l'Inde, la Colombie, l'Afrique du Sud, l'Allemagne et le Portugal.

Cinq des dix sièges non permanents du Conseil de sécurité étaient en jeu. Les 192 membres de l'ONU avaient droit à deux votes. Il fallait 128 votes, ou les deux tiers des votants, pour obtenir un poste.