•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La récupération du bois brûlé est commencée

feu de forêt

Photo : SOPFEU

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La récupération des 140 000 hectares de bois brûlé au nord du Lac-Saint-Jean lors des incendies de forêt de l'été dernier a été confiée aux entreprises AbitibiBowater et Piékouagame de Mashteuiatsh.

La récupération des 140 000 hectares de forêt brûlée lors des incendies de l'été dernier au Lac-Saint-Jean est en cours depuis le mois d'août et doit se poursuivre jusqu'à la fin de l'hiver.

Deux entreprises se partagent le travail dans deux secteurs au nord de Mistassini et près du lac Smoky. Le contrat a été accordé à AbitibiBowater et Piékouagame de Mashteuiatsh.

Le bois brûlé qui sera récolté remplace celui qui aurait été coupé par ces entreprises à même leur contrat d'approvisionnement et d'aménagement forestier (CAAF).

Le ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF) estime qu'environ 1,35 million de mètres cubes de bois pourront être récupérés. Le volume sera plus important au nord de Mistassini où la forêt est plus mature.

D'autre part, même si la coupe de bois a commencé rapidement après les feux, les insectes ont réussi à attaquer les arbres de façon plus importante que par le passé selon le responsable d'unité de gestion au MRNF, Denis Lavoie. « On constate que l'été clément qu'on a eu a amené l'insecte, le longicorne en particulier, à progresser plus rapidement qu'on avait prévu, dit-il. Donc au niveau du longicorne, le bois est un peu plus affecté. »

Malgré tout, le MRNF soutient que le bois acheminé dans les scieries est de très bonne qualité et qu'il sera vendu pour les usages habituels de bois d'oeuvre et de bois transformé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !