•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nombre de sans-abri en hausse partout au Québec

sans-abri (point de presse)
Radio-Canada

La province n'a jamais connu autant d'itinérance depuis 20 ans. Le nombre de personnes sans domicile fixe augmente autant en régions qu'à Montréal, une problématique qui inquiète les organismes sociaux, car les ressources ne suivent pas.

Le nombre de sans-abri ne cesse d'augmenter non seulement à Montréal, mais dans toute la province, et les ressources ne suffisent plus. C'est ce qu'ont rappelé lundi les organismes qui s'occupent des personnes sans domicile fixe.

Ces organismes demandent depuis cinq ans une politique globale de lutte contre l'itinérance du gouvernement du Québec. Mais on ne répond pas à leur appel, disent-ils.

Le plan d'action interministériel de trois ans de lutte contre l'itinérance ne leur suffit pas. Ils souhaiteraient un plan global comme celui contre la violence conjugale.

Une nouvelle clientèle pauvre

Le phénomène d'itinérance touche également plus de jeunes, d'Autochtones et de femmes qu'auparavant. On apprenait récemment que l'organisme Le Chaînon avait dû renoncer à aider 500 femmes cette année par manque de place.

À l'organisme Le Bercail, à Saint-Georges-de-Beauce, on constate que la toxicomanie reliée aux amphétamines amène une grande clientèle dans la rue, surtout composée de jeunes. « Les jeunes investissent tout leur argent dans les drogues », mentionne l'intervenant Tommy Poulin.

À Valleyfield, l'organisme Le Centre a dû refuser 500 personnes l'an dernier. À Trois-Rivières, on constate une augmentation de 20 % des personnes dans le besoin chaque année depuis 20 ans à la maison Le Havre.

Pour tout le Québec, les données font état de 30 000 itinérants, alors qu'on en comptait 12 000 il y a 20 ans.

pierre-gaudreau-itinerance

Pierre Gaudreau

« Dans les refuges pour hommes, on fait face à une augmentation de plus de 5 % par année depuis deux hivers », explique Pierre Gaudreau, du Réseau d'aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM).

« On est passé de 51 000, à 53 000, à 55 000. On sait aussi que les ressources pour femmes ont connu une augmentation de 30 % de leur fréquentation. Pas juste l'hiver, toute l'année », ajoute M. Gaudreau.

Un sondage CROP, cité par le RAPSIM dans son communiqué de lundi, montre qu'un Québécois sur six croit qu'il pourrait devenir itinérant. Pierre Gaudreau souligne cependant que personne n'est à l'abri d'un coup dur qui peut conduire à la rue.

Pour connaître et mieux comprendre la réalité des sans-abri, les gens qui le veulent pourront participer à la 21e nuit des sans-abri le 15 octobre prochain. Cette nuit se tiendra dans 23 villes québécoises.