•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un record et un message

Ben Cahoon plaqué par Brandon Smith.

Ben Cahoon plaqué par Brandon Smith.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Guillaume Lefrançois

La défense des Alouettes avait promis un meilleur rendement. Les membres de l'unité tiennent parole, pendant que Ben Cahoon entre dans l'histoire.

MONTRÉAL - Les plus optimistes diront que la défense des Alouettes s'est montrée sous son vrai jour. Les plus cyniques avanceront que les Stampeders ont été victimes de la fameuse malédiction des matchs de 13 h.

Les Alouettes (10-4) l'ont emporté sans appel 46-19 sur les Stampeders de Calgary (10-4), lundi.

Dans la victoire, Ben Cahoon est devenu le meneur de tous les temps de la Ligue canadienne en captant sa 1007e passe. Le ballon est venu des mains de son éternel complice Anthony Calvillo.

Dans le vestiaire des Stampeders, le verdict était unanime : l'énergie, la passion, l'intensité, bref, tous ces impondérables faisaient défaut.

« On était sans énergie, ils étaient prêts, a résumé le plaqueur défensif Devone Claybrooks, un ancien des Alouettes. Ils étaient sans émotion la semaine passée, on n'avait pas d'émotion cette semaine. On doit mieux se préparer. »

Dans le vestiaire montréalais, le niveau d'énergie de l'adversaire importait peu.

« Je ne peux pas dire s'ils étaient sans énergie, a répondu le secondeur des Alouettes Ramon Guzman, auteur d'un retour d'interception de 43 verges pour un touché. On ne se préoccupe que de nous. S'ils sont sans énergie, c'est leur problème. »

Tel que promis

Saignée pour 86 points à ses deux derniers matchs, la défense des Alouettes a finalement retrouvé son aplomb et respecté sa promesse de mieux jouer.

Elle a limité les Stampeders à un point pendant les 27 premières minutes. Il aura fallu un gain de 38 verges sur une feinte de botté de dégagement pour approcher les Stampeders de la zone des buts. Rob Maver a conclu la série avec un placement de 24 verges en fin de deuxième quart.

Toujours au deuxième quart, une autre menace des Stampeders a pris fin quand Anwar Stewart a fait perdre le ballon au quart Henry Burris avec son deuxième sac du match. Diamond Ferri a recouvré l'ovale pour les Alouettes.

Henry BurrisAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Henry Burris

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Les Stampeders ont inscrit deux majeurs sur des jeux de plus de 30 verges au troisième quart, mais avec une avance de 36 points, peut-on vraiment blâmer une équipe de baisser la garde?

L'unité dirigée par Tim Burke a provoqué quatre revirements, qui ont donné 17 points.

Bref, Étienne Boulay, blessé à une cuisse, a bien choisi son moment pour s'absenter.

Deux fois Bratton

Avon Cobourne (course de 5 verges) et Brian Bratton (passes de 24 et 1 verges) ont inscrit les touchés des Alouettes. Le botteur Colt David a été parfait en 6 tentatives de placement (28, 35, 47, 18, 33 et 32 verges).

David disputait son tout premier match chez les professionnels, en remplacement de Damon Duval, blessé.

Parlant de blessés, l'absence de Paul Lambert n'a pas paru. À son premier départ au centre de la ligne offensive, Luc Brodeur-Jourdain a joué comme un vétéran et les Alouettes n'ont pas accordé de sac.

« À part un jeu au premier quart où Anthony a dû courir, car j'avais pointé le mauvais joueur, on a été solides, a indiqué Brodeur-Jourdain. Ça n'a peut-être pas paru qu'ils ont apporté quelque chose, mais ils ont apporté quelque chose. Il y avait de l'intensité, c'était féroce sur les tranchées. »

Dans la victoire, Jamel Richardson a atteint la marque des 1000 verges pour une troisième campagne de suite. Le receveur a ajouté 126 verges au compteur pour un total de 1061 cette saison.

À noter :

  • Le maraudeur montréalais Steven Holness a profité de la blessure à Boulay pour disputer un premier match dans l'uniforme des Alouettes. Jim Popp l'a acquis comme joueur autonome le printemps dernier.