•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ministère de l'Environnement permet le forage

Globex

Photo : site Internet de Globex

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La compagnie minière Globex a répondu aux exigences du ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs et a obtenu son certificat d'autorisation pour forer sous le lac Duparquet.


La compagnie minière Globex pourra forer sous le lac Duparquet. Elle a répondu aux exigences du ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs (MDDEP), qui lui a octroyé son certificat d'autorisation le 1er octobre dernier.

Le permis autorise Globex à creuser un maximum de deux trous à une profondeur de 125 mètres. La compagnie devra également utiliser des lubrifiants biodégradables, traiter l'eau utilisée dans le processus de forage pour en retirer toutes les matières en suspension et la boue qui sera récupérée ne devra pas être rejetée dans le lac.

Selon le directeur général de l'Association de l'exploration minière du Québec, Jean-Pierre Thomassin, la décision du MDDEP n'est pas surprenante. « Il n'y a jamais eu, en tout cas à ma connaissance, de permis qui était refusé, dit-il. C'est tout à fait normal, si l'entreprise respecte les conditions du ministère de l'Environnement, que le permis soit octroyé. »

De son côté, le directeur de la Forêt d'enseignement et de recherche du lac Duparquet de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT), Brian Harvey, se questionne sur l'autorisation donnée à Globex. « À mon avis, faire du forage en vue de faire une mine sur un lac comme le lac Duparquet qui est vraiment un bijou, ce n'est plus socialement acceptable de faire une chose comme ça », souligne M. Harvey.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !