•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

David Abitbol sera accusé de possession de pornographie juvénile

Élément du profil Facebook de David Abitbol
Élément du profil Facebook de David Abitbol
Radio-Canada

Les policiers ont découvert des fichiers contenant de la pornographie juvénile dans l'ordinateur de David Abitbol. Ces preuves mèneront à de nouvelles accusations contre ce Montréalais, déjà accusé d'avoir proféré des menaces de mort sur Internet.

Le fardeau de la preuve s'alourdit contre David Abitbol. Le jeune Montréalais fera face à des accusations de possession de pornographie juvénile après la découverte de photos compromettantes dans son ordinateur par les enquêteurs de la Sûreté du Québec (SQ).

On a identifié sur ledit ordinateur deux fichiers contenant 250 photos pornographiques concernant deux victimes.

Tant les avocats de la Couronne que ceux de la défense ont confirmé que David Abitbol sera accusé en ce sens le 13 octobre.

Le procureur de la Couronne, Steeve Larivière, affirme que des personnes ont demandé à rencontrer les policiers dans les derniers jours, après que David Abitbol eut été arrêté, le 2 octobre dernier.

« Ils se sont manifestés pour faire des déclarations et faire état de certains événements », a-t-il précisé.

Rappelons que David Abitbol est accusé d'avoir proféré des menaces sur Internet.

David Abitbol, au palais de justice de MontréalDavid Abitbol, au palais de justice de Montréal (archives)

Les policiers avaient aussi trouvé cinq armes à feu dans son domicile, qu'il partageait avec ses parents dans Montréal-Nord. Les armes étaient dûment enregistrées, mais l'homme de 28 ans est accusé de les avoir entreposées de manière négligente.

David Abitbol comparaissait aujourd'hui pour son enquête sur cautionnement, au palais de justice de Montréal. Toutefois, à la lumière des accusations supplémentaires auxquelles il devra faire face, son avocat et lui-même ont accepté de reporter l'enquête sur remise en liberté. L'homme de 28 ans reste donc derrière les barreaux.