•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

David Abitbol de retour en cour

David Abitbol

L'enquête sur cautionnement de David Abitbol est prévue, aujourd'hui, au palais de justice de Montréal. L'homme de 28 ans est accusé d'avoir proféré des menaces de mort sur Internet.

C'est aujourd'hui que David Abitbol, accusé d'avoir proféré des menaces sur Internet, saura s'il peut retrouver sa liberté. Le Montréalais de 28 ans n'avait pas pu subir son enquête sur cautionnement tel que prévu, lundi, car les policiers avaient déposé de nouvelles preuves contre lui.

La teneur de ces preuves n'est pas encore connue. L'avocat représentant David Abitbol doit d'ailleurs lui-même en prendre connaissance.

David Abitbol, 28 ans, est accusé d'avoir proféré des menaces de mort en clavardant sur Internet. Il fait face aussi à des accusations de négligence dans l'entreposage des armes à feu que les policiers ont découvertes chez lui. Ces armes, cependant, étaient dûment enregistrées.

Sur Internet, l'homme aurait menacé de s'en prendre à des connaissances, entre autres à d'anciens professeurs.

Rappelons que le Groupe tactique d'intervention a arrêté David Abitbol tôt, samedi matin, dans la maison qu'il partage avec ses parents, à Montréal-Nord.

Les policiers ont agi après avoir reçu un signalement faisant état des déclarations qu'aurait tenues l'homme en clavardant sur Internet. Au domicile de ses parents, les policiers ont saisi cinq armes à feu, ainsi que des munitions et du matériel informatique.

Un malentendu, selon les parents

C'est au domicile familial que David Abitbol a été arrêté.C'est au domicile familial que David Abitbol a été arrêté.

Selon les parents du jeune homme, il s'agit d'une erreur. Son père, Joseph Abitbol, affirme que son fils utilisait le nom de Dark Killer pour des jeux virtuels. David Abitbol aurait écrit sur sa page Facebook une phrase en anglais disant que la mort représente la seule solution. Mais, pour son père, ces mots faisaient partie du jeu auquel participait son fils.