•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Exclusif

Pénible informatisation du réseau de la santé

Stéthoscope

Photo : Istockphoto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Dossier Santé Québec, qui doit permettre aux professionnels de la santé d'échanger des informations médicales sur les patients, accuse encore du retard, et n'est toujours pas disponible dans toutes les régions.

Le responsable du dossier, Marc Vézina, a quitté ses fonctions à la fin de septembre, après seulement un mois en poste. C'était la quatrième fois que le projet perdait son « pilote ».

Lors du lancement du projet en 2006, le gouvernement prévoyait que tous les Québécois auraient accès au Dossier Santé Québec d'ici la fin de 2010. Il vise désormais 2015.

Quand on en parle avec le ministre, la réponse est tout le temps de dire : l'expérimentation suit son cours. Cependant, à ma connaissance, ça fait très longtemps qu'on expérimente.

Une citation de :Lise Denis, présidente de l'Association québécoise des établissements de santé

Le projet pilote, lancé en mai 2008, n'est pas encore terminé, pourtant, le gouvernement a déjà englouti des centaines de millions de dollars dans l'ensemble du DSQ. Les coûts du projet sont passés de 562 millions à plus de 800 millions de dollars.

Seulement sept pharmacies et trois cliniques participent pour l'instant au projet. « Étant donné qu'il n'y a pas grand monde qui fait partie du projet, il n'y a pas encore d'utilité », croit Mathilde Tremblay, une des rares pharmaciennes qui participent au projet-pilote.

L'Agence de la Santé de la Capitale-Nationale tente de calmer le jeu en affirmant que plusieurs autres cliniques et pharmacies seront « branchées » au Dossier Santé Québec dans les prochains mois. Selon l'organisme, ce sont huit cliniques et une cinquantaine de pharmacies qui pourraient se joindre prochainement au projet pilote.

L'ordonnance électronique, qui doit pallier l'exercice parfois difficile pour les pharmaciens de lire l'écriture des médecins et l'imagerie médicale, devrait bientôt devenir accessible. Le projet est à l'essai avec le Groupe de Médecine de Famille St-Vallier et doit être prêt vers la fin du mois d'octobre « si tout va bien ».

La transmission électronique des radiographies devrait quant à elle commencer cet hiver, en février ou en mars.

D'après un reportage de Jean-Philippe Robillard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !