•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada fera appel de la libération de Misbahuddin Ahmed

Misbahuddin Ahmed, à sa sortie du tribunal d'Ottawa, le 28 septembre 2010.

Misbahuddin Ahmed, à sa sortie du tribunal d'Ottawa, le 28 septembre 2010.

Photo : La Presse canadienne / Pawel Dwulit

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Couronne fédérale portera en appel la décision d'un juge de paix de libérer sous caution Misbahuddin Ahmed, un des trois hommes accusés en août d'avoir pris part à un complot terroriste à Ottawa.

La Couronne portera en appel la décision d'un juge de paix de libérer sous caution Misbahuddin Ahmed, un des trois hommes accusés en août d'avoir pris part à un complot terroriste à Ottawa.

M. Ahmed, 26 ans, fait face à des accusations de complot pour faciliter le terrorisme et de possession d'engins explosifs.

Il a été libéré la semaine dernière, ses parents et ses beaux-parents ayant payé la caution exigée de 650 000 $ en hypothéquant leur résidence.

L'appel de la libération sous caution se tiendra le 18 octobre.

Misbahuddin Ahmed, Hiva Mohammad Alizadeh, et Khurram Syed Sher.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les trois hommes accusés de complot terroriste : Misbahuddin Ahmed, Hiva Mohammad Alizadeh, et Khurram Syed Sher.

Photo : La Presse canadienne / Tammy Hoy

Juste avant, le 13 octobre, le même juge qui a libéré Ahmed se prononcera sur une proposition de libération sous caution d'un coaccusé dans cette affaire, Khurram Sher.

M. Sher, un pathologiste qui a déjà auditionné pour participer à l'émission Canadian Idol, est accusé d'avoir comploté pour faciliter le terrorisme.

Le troisième coaccusé, Hiva Alizadeh, étudiant en génie électrique à Winnipeg, est également incarcéré.

Lors de l'arrestation des trois hommes, en août, les policiers ont saisi des livres sur le terrorisme, des vidéos et des manuels. Les enquêteurs ont également saisi plus de 50 cartes de circuits imprimés électroniques conçues spécialement pour déclencher à distance des engins explosifs artisanaux.

Les autorités ont indiqué que les complots présumés sont liés à l'Iran, à l'Afghanistan, au Pakistan et à Dubaï.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !