ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le chômage nettement plus élevé chez les immigrants diplômés

Bureau d'emplois

Canadiens à la recherche d'un emploi

Photo : La Presse canadienne / /Ryan Remiorz

Radio-Canada

Le taux de chômage est quatre fois plus élevé parmi les immigrants détenant un diplôme universitaire que chez les travailleurs nés au Canada, selon un rapport.

Le taux de chômage est quatre fois plus élevé parmi les immigrants détenant un diplôme universitaire que chez les travailleurs nés au Canada, selon un rapport des Fondations communautaires du Canada.

Il indique qu'en 2009, le taux de chômage des immigrants au pays depuis cinq ans et titulaires d'un diplôme universitaire s'élevait à 13,9 %, contre 3,4 % des diplômés universitaires nés au Canada.

Le Canada accueille en moyenne plus de 240 000 immigrants par année. Les Fondations communautaires du Canada prévoient que d'ici 2030 l'immigration représentera la seule source de croissance de la population canadienne en raison du vieillissement de la population et du faible taux de natalité. Et dès l'an prochain, la croissance nette de la main-d'oeuvre reposera surtout sur l'immigration.

Mais les immigrants diplômés à l'étranger n'arrivent pas à faire reconnaître leur titre de compétence. Il existe peut-être des différences de qualité des titres de compétences étrangers par rapport aux titres de compétences nationaux, selon une étude de Statistique Canada. L'étude Immigants exerçant des professions réglementées précise que les professions réglementées sont régies par des organismes provinciaux de réglementation ou des associations professionnelles, et elles comportent des exigences très précises à propos des titres de compétences requis pour exercer la profession.

Monica Patten, présidente et directrice des Fondations communautaires du Canada, signale que la recherche démontre aussi que la situation des immigrants instruits se détériore sans cesse alors que celle des natifs du Canada se stabilise.

Afin de corriger la situation, Mme Patten croit qu'il faut miser sur des programmes d'intégration à l'emploi comme il en existe en Alberta. Des emprunts à des taux d'intérêt très bas leur sont offerts pour suivre des formations qui leur permettront de mieux s'adapter aux exigences du marché du travail canadien.

Le rapport des Fondations communautaires du Canada a été réalisé avec des données de Statistique Canada colligées dans 16 collectivités du pays.

Immigrants ayant étudié à l'étranger et qui exerçaient la profession correspondante au Canada.

Taux de chômage parmi les immigrants récents au Canada par rapport à celui des non-immigrants, selon la scolarité.

Avec les informations de La Presse canadienne