•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'étau se resserre autour de Contador

Alberto Contador

Alberto Contador

Photo : AFP / Pedro Armestre

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La thèse de la contamination alimentaire défendue par Alberto Contador est écorchée par le New York Times. L'Espagnol aurait présenté une quantité de résidus chimiques huit fois supérieure à la limite.

Alberto Contador se défend avec la thèse de la contamination alimentaire. Sa crédibilité est cependant écorchée.

Selon le New York Times, lundi, au moins un test sur les échantillons d'urine de Contador au dernier Tour de France révèle la présence d'une quantité de résidus chimiques huit fois supérieure à la limite qui indique le dopage.

Il s'agit d'un plastifiant, un contaminant que l'on retrouve dans les poches en plastique utilisées pour les transfusions sanguines.

Le produit en question aurait été décelé le 20 juillet, dans un test d'urine. Des laboratoires français et allemand l'avaient déjà identifié, mais on ne connaissait pas encore sa concentration dans le système de Contador.

Les résultats dont fait état le New York Times sont cependant révélés sous le couvert de l'anonymat, parce que la confidentialité est encore de mise tant que le cas fait encore l'objet d'une enquête.

L'agent de Contador est aussi rapidement intervenu dans l'histoire. Il n'y a encore aucune confirmation officielle que son protégé a présenté huit fois la limite dudit plastifiant, a-t-il assuré.

Contador, qui a remporté en juillet son troisième Tour de France, est déjà sous le coup d'une suspension de l'Union cycliste internationale (UCI), après la révélation d'un résultat « anormal » lors d'un contrôle antidopage dans la Grande Boucle.

Des traces très minimes d'un produit interdit, le clenbutérol, ont été décelées. Le coureur se défend en clamant que le résultat a tout à voir avec une contamination alimentaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !