•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vague bleue sur les plaines

Des dizaines de milliers de personnes ont pris part à la Marche bleue.
Des dizaines de milliers de personnes ont pris part à la Marche bleue. Photo: Marie-Josée Vachon

Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées samedi sur les plaines d'Abraham pour prendre part à la Marche bleue. L'événement visait à appuyer la construction d'un nouvel amphithéâtre et le retour d'une équipe de la Ligue nationale de hockey dans la Vieille Capitale.

La population a répondu à l'appel des organisateurs de la Marche bleue samedi à Québec. Plusieurs dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées sur les plaines d'Abraham pour appuyer la construction d'un amphithéâtre et le retour d'une équipe de la Ligue nationale de hockey (LNH) dans la Vieille Capitale.

Des dizaines de milliers de personnes ont pris part à la Marche bleue.Des dizaines de milliers de personnes ont pris part à la Marche bleue.

Le principal organisateur de la marche, Mario Roy, pense que le message voulant que la population de Québec réclame un amphithéâtre et le retour d'une équipe de la LNH est maintenant clair aux yeux des politiciens et des décideurs.

Selon le maire de Québec, Régis Labeaume, environ 75 000 personnes étaient présentes, soit plus que les 50 000 prévues.

Ceux qui ont vécu l'époque des Nordiques étaient ravis de constater la présence d'anciens joueurs à la Marche bleue. Peter et Anton Stastny, qui étaient arrivés à Québec vendredi, ont participé à la marche en compagnie de leur frère Marian.

Ici, c'est le paradis pour le hockey. Je l'ai vécu, j'ai passé 10 ans ici. Je sais de quoi sont capables les gens de Québec pour supporter et appuyer leur équipe [...]. Les gens de Québec sont très exigeants, très fiers, donc une fois que la ligue nationale va être ici, je n'ai aucun doute que ça va marcher.

Peter Stastny, ancien joueur des Nordiques

Michel Goulet, Marc Tardif, Alain Côté, Réal Cloutier, Dave Pichette, Pierre Lacroix, Stéphane Fiset et Steven Finn étaient également présents sur les plaines aux côtés de l'ancien entraîneur bien connu Michel Bergeron.

Même la mascotte des Nordiques, Badaboum, a pris part à l'événement.

Selon Peter Stastny et Michel Goulet, cette importante mobilisation de la population de Québec ne passera pas inaperçue aux yeux du commissaire de la LNH, Gary Bettman.

Une douzaine d'athlètes olympiques étaient également présents. Parmi eux, il y avait Philippe Laroche, Nicolas Fontaine, Vincent Marquis, François Drolet et Dominique Maltais. Leur message est clair : ils souhaitent la construction d'un nouvel amphithéâtre afin que Québec ait toutes les chances d'obtenir les Jeux olympiques d'hiver en 2022.

C'est sûr que lorsqu'on entend parler de la Marche bleue, on pense aux Nordiques automatiquement, sauf que nous, on est vraiment pour l'obtention d'un nouvel amphithéâtre qui va encourager les jeunes à faire du sport et qui va ensuite amener à Québec des événements d'envergure internationale. Éventuellement, on pense aux Olympiques, et l'amphithéâtre est le début de ce processus-là.

Dominique Maltais, athlète olympique

Parmi les politiciens qui ont pris part à l'événement, il y avait le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, la députée bloquiste de Québec, Christiane Gagnon, le député libéral fédéral Denis Coderre, le député conservateur de Lotbinière, Jacques Gourde, la députée conservatrice Josée Verner et le ministre des Transports du Québec et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Sam Hamad. Les 26 élus de l'équipe Labeaume étaient aussi présents.

Marche bleue Photo : Marie-Josée Vachon

Aucun membre de l'équipe Labeaume n'a porté le chandail des Nordiques, car le message qu'ils veulent envoyer ne se limite pas à dire qu'ils souhaitent le retour d'une équipe de hockey de la LNH à Québec. Ce qu'ils désirent avant tout, disent-ils, c'est la construction d'un nouvel amphithéâtre à Québec.

Quant au conseiller indépendant Yvon Bussière, il a dit qu'il refusait de prendre part à la marche.

Le maire en mode promotion

Le maire Régis Labeaume s'est énormément impliqué dans la promotion de l'événement. Vendredi, il a fait une tournée des médias pour promouvoir l'événement. Il souhaitait que les citoyens se déplacent en grand nombre, peu importe la diversité des causes appuyées.

« On marche pour l'amphithéâtre, mon équipe et moi. D'autres, ce sont pour les Nordiques. C'est une espèce de magma d'intentions qui viennent du coeur, mais je pense qu'au total, les gens veulent qu'on ait un amphithéâtre pour faire plein de choses : les olympiques, des spectacles de la culture, du hockey, on a tous compris ça à Québec », a-t-il affirmé.

L'organisateur Mario Roy a souligné que de grands efforts ont été déployés pour que l'événement rassemble non seulement des gens de Québec, mais aussi des gens des environs. Ainsi, une douzaine d'autobus en provenance de la Beauce, de Bellechasse, du Bas-Saint-Laurent et du Saguenay-Lac-Saint-Jean se sont rendus dans la Vieille Capitale.

Dans certaines rues de Québec, les autobus se font plus nombreux. Le Réseau de transport de la capitale (RTC) a augmenté à partir de 10 h 30 le nombre d'autobus sur les parcours les plus achalandés. La mesure touche le parcours numéro 7 ainsi que celui des Métrobus 800 et 801.

Aucun thème sélectionné