•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retard possible pour les lignes de transport de la Romaine

Rivière Romaine
Le chantier de la rivière Romaine a été lancé en 2009
Radio-Canada

L'aménagement des lignes de transport du projet hydroélectrique de la Romaine pourrait être retardé par une étude d'impact du gouvernement fédéral. Hydro-Québec refuse de commenter cette affirmation.

L'aménagement des lignes de transport d'électricité en lien avec le vaste complexe hydroélectrique de la Romaine, sur la Côte-Nord, pourrait être retardé par le fédéral.

L'Agence canadienne d'évaluation environnementale a confirmé vendredi qu'elle pourrait réaliser ses propres études sur ce réseau de transport de 1,5 milliard de dollars lié au complexe de la Romaine, en Minganie. Les lignes passeraient en effet par des terrains appartenant au gouvernement fédéral, qui voudrait évaluer leur impact environnemental sur les communautés innues.

L'agence fédérale a indiqué qu'elle négociait actuellement avec Hydro-Québec sur cette question, à la suite d'une demande de permis. La société d'État n'a pas voulu commenter cette situation.

Le gouvernement du Québec a refusé de confirmer l'information. Toutefois, Hélène Sauvageau, attachée de presse du ministre responsable des Affaires autochtones, Pierre Corbeil, a affirmé que la province et les Innus avaient mis en place en août un processus de consultation qui se poursuivra, peu importe les décisions du fédéral.

L'opposition péquiste à Québec s'inquiète. « Quand je vois que c'est le silence radio de la part de la ministre des Ressources naturelles sur une intervention possible du fédéral dans un projet comme la Romaine, alors que le premier ministre se prétend le grand bâtisseur de barrages, c'est inacceptable », a affirmé le porte-parole de l'opposition officielle en matière d'énergie, Sylvain Gaudreault.

La construction des quatre centrales électriques de la Romaine, un projet de 6 milliards de dollars annoncé par le gouvernement du Québec, a pour sa part déjà fait l'objet d'une évaluation conjointe fédérale-provinciale.

Le conseil de bande d'Uashat-Maliotenam a déposé plus tôt cette année une requête en injonction interlocutoire contre le projet hydroélectrique de la Romaine et l'aménagement des lignes de transport.

La bande de Sept-Îles s'oppose depuis le début à la construction du complexe hydroélectrique sur la rivière Romaine.

Le projet en bref

Le complexe de la Romaine sera constitué de quatre centrales alimentées par des réservoirs, pour une production annuelle moyenne de 8 TWh. Il permettra à Hydro-Québec d'augmenter ses exportations d'électricité dans un premier temps et, à terme, d'alimenter le marché québécois, où la demande est appelée à progresser, selon l'entreprise.

Selon Hydro-Québec, le projet aura des retombées économiques de 3,5 milliards de dollars, dont 1,3 milliard de dollars sur la Côte-Nord, et qu'il créera de 1000 à 2000 emplois par année pendant sa réalisation. L'entreprise publique espère terminer les travaux de construction en 2020. La première mise en service est prévue en 2014.

Aucun thème sélectionné