•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les chefs jouent leurs dernières cartes

Shawn Graham, Jack MacDougall, Roger Duguay et David Alward
Les chefs Shawn Graham (PL), Jack MacDougall (PV), Roger Duguay (NPD) et David Alward (PC)
Radio-Canada

Les Néo-Brunswickois se rendent aux urnes lundi après une campagne électorale difficile pour les libéraux au pouvoir, hantés par la tentative avortée de vendre Énergie Nouveau-Brunswick à Hydro-Québec.

La campagne électorale prend fin dimanche au Nouveau-Brunswick, en vue des élections de lundi.

Les chefs de parti tentent donc un dernier tour de piste pour convaincre les 40 % d'électeurs toujours indécis.

Le premier ministre sortant, le libéral Shawn Graham, passe la majeure partie de la journée dans le nord-est de la province, tandis que son adversaire conservateur, David Alward, s'est rendu à Moncton et Fredericton.

Le leader conservateur David Alward a notamment assisté au début du match entre les Argonauts de Toronto et les Eskimos d'Edmonton, à Moncton.

Le leader des verts Jack Macdougall et l'allianciste Kris Austin, de leur côté, demeurent dans leur circonscription de Fredericton et Grand Lake-Gagetown, respectivement.

Quant au néo-démocrate Roger Duguay, il passe lui aussi la journée dans sa circonscription de Tracadie-Sheila.

Répartition des forces

À la dissolution de la Chambre, les libéraux détenaient 31 sièges et les conservateurs, 22. Deux sièges étaient vacants.

Un scrutin crucial pour Graham

Les élections s'annoncent difficiles pour les libéraux de Shawn Graham. Plusieurs observateurs estiment que le premier ministre sortant joue son avenir politique, lundi. S'il est défait, il serait le premier premier ministre à perdre le pourvoir après seulement un mandat.

Shawn Graham est surtout hanté par la vente avortée d'Énergie Nouveau-Brunswick à Hydro-Québec .

Le gouvernement de M. Graham avait annoncé la vente de NB Power à Hydro-Québec, en octobre dernier, pour 4,75 milliards de dollars de se rétracter. Cette transaction aurait soulagé la province d'une large part de ses dettes et faisait partie d'un plan du premier ministre pour accorder l'autonomie financière à la province.

Alors que la province a une dette de 8,4 milliards de dollars et se relève de la pire récession depuis plusieurs décennies, les chefs des deux principaux partis n'ont pas abordé en profondeur la façon de rembourser cette somme.

Samedi, Shawn Graham a accusé les conservateurs d'être « présomptueux » pour avoir publié samedi un communiqué ré annonçant leur plan postélectoral, deux jours avant le scrutin provincial.

Le chef du Parti conservateur, David Alward, y proposait une liste de dates pour son plan en cas de victoire aux élections, affirmant qu'il assermenterait ses ministres trois semaines après le vote, et établirait un comité sur l'énergie trois jours plus tard.

Avec les informations de La Presse canadienne