•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Les médecins payés pour superviser les superinfirmières

    Les omnipraticiens du Québec seront payés 60 000 $ par année par « superinfirmière » qu'ils accueillent dans leur clinique. Radio-Canada a appris que les médecins ont conclu un accord à ce sujet avec le gouvernement Charest.

    Une infirmière praticienne prend la tension artérielle d'un patient.Une infirmière praticienne prend la tension artérielle d'un patient.

    Un Québécois sur quatre n'a pas de médecin de famille. Dans ce contexte, l'arrivée des « superinfirmières », qui peuvent accomplir une grande partie des tâches des médecins généralistes pour une fraction du prix, est une très bonne nouvelle.

    Mais voilà, Radio-Canada a appris que les infirmières praticiennes coûteront plus cher que prévu parce que les médecins omnipraticiens, qui les accueilleront dans leurs cliniques, exigent une allocation de 60 000 $ par année, par infirmière.

    Les médecins généralistes ont conclu un accord à ce sujet avec le gouvernement Charest il y a quelques mois.

    Cet été, le ministre de la Santé Yves Bolduc a annoncé le financement de 500 postes d'infirmières praticiennes spécialisées en soins de première ligne. C'est un investissement de 117 millions de dollars de la part du gouvernement du Québec.

    Les infirmières praticiennes gagnent en moyenne 63 000 $ par année. Les médecins omnipraticiens gagnent 3 fois plus, soit 180 000 $ en moyenne par année.

    En plus de payer les salaires des infirmières praticiennes, le gouvernement du Québec devra verser aux médecins qui travaillent en partenariat avec elle une allocation de 60 000 $ par année, par infirmière.

    C'est presque autant que le salaire de l'infirmière.

    La moitié de l'allocation sera versée aux médecins pour l'utilisation des locaux et du matériel de leur clinique. Les 30 000 $ restants seront versés aux médecins pour la supervision de l'infirmière praticienne.

    Le président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec, le Dr Louis Godin, estime normal que l'on rémunère les médecins pour cela.

    « Il faut compenser ça, il n'y a pas un médecin qui va dire : ''bin oui, venez travailler chez nous, moi je vais vous loger gratuitement''. On a déjà de la difficulté à faire vivre nos cliniques comme ça, c'est incontournable. »

    Au sujet des 30 000 $ versés aux médecins pour la supervision des « superinfirmières », le mot « supervision » a choqué les infirmières lorsqu'elles ont eu vent, en juin dernier, des négociations entre la fédération et le ministère de la Santé.

    Gyslaine Desrosiers, la présidente de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec, affirme que « les infirmières ont été assez insultées de se faire dire que les médecins sont allés négocier des honoraires de supervision pour des infirmières qui ne requièrent pas de supervision puisqu'elles sont formées pour agir de façon autonome ».

    Le ministre veut rassurer les infirmières

    Devant l'indignation des infirmières, le ministre de la Santé du Québec Yves Bolduc a voulu se faire rassurant.

    « La rémunération qui est offerte aux médecins de famille, ce n'est pas pour faire la supervision, mais plutôt [pour] du temps qu'ils passent à discuter des cas avec des infirmières praticiennes spécialisées pour offrir de meilleurs soins. C'est juste une rémunération équitable pour du temps passé », a déclaré le ministre, samedi.

    Le ministre de la Santé a aussi précisé que le montant alloué aux médecins était inclus dans le budget spécial de 117 millions de dollars annoncés l'été dernier pour la formation et l'embauche d'infirmières praticiennes spécialisées.

    L'entente entrera en vigueur la semaine prochaine, mais elle est rétroactive au premier décembre 2009.

    Avec un reportage de Madeleine Roy de l'équipe d'Enquête.

    Aucun thème sélectionné