•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nouvel homme fort de Harper

Le premier ministre Stephen Harper
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'actuel directeur général de la firme d'investissement Onex, Nigel Wright, remplacera Guy Giorno à titre de chef de cabinet du premier ministre à la fin de l'année.

Le premier ministre canadien Stephen Harper a choisi son nouveau chef de cabinet. Il s'agit de Nigel Wright, qui est actuellement directeur général de la firme d'investissement Onex.

La nomination n'a pas été confirmée par le bureau du premier ministre, mais le président du Parti conservateur, John Walsh, a confirmé la nouvelle au Globe and Mail.

M. Wright remplacera Guy Giorno, qui a annoncé son départ. Ce dernier restera toutefois en poste jusqu'à la fin de l'année, question d'assurer la transition.

Nigel Wright est diplômé de l'Université Harvard et de l'Université de Toronto. Il a déjà été rédacteur de discours et conseiller politique pendant trois ans dans le gouvernement du premier ministre conservateur Brian Mulroney.

Des sources au sein de l'appareil gouvernemental indiquent que le choix de M. Wright envoie le signal que le gouvernement souhaite mettre davantage d'emphase sur la situation économique.

Selon une source au sein du parti, M. Wright « a l'expérience dans le monde de la finance et des affaires qui est requise pour la création d'emplois et la croissance économique ».

La nomination de Nigel Wright est annoncée au moment où le gouvernement conservateur perd du terrain dans les sondages.

Selon le Globe and Mail, le commissaire à l'éthique a déjà rencontré M. Wright pour passer au peigne fin les parts qu'il détient dans plusieurs compagnies par l'entremise d'Onex et de ses fonds d'investissement.

Le quotidien torontois affirme que Nigel Wright est considéré comme une étoile sur Bay Street, le quartier des affaires de Toronto, en raison de ses connaissances en matière d'économie et de son éthique de travail.

M. Giorno a fait l'objet de critiques dans les rangs conservateurs en raison de son style trop partisan. On lui a notamment reproché les deux dernières prorogations des travaux parlementaires, à des moments où le gouvernement était en difficulté.

Des conservateurs lui ont aussi reproché le ton qu'il a adopté dans les débats sur les transferts de détenus aux autorités de l'Afghanistan, et la décision du gouvernement d'abolir le formulaire long du recensement.

Avec les informations de La Presse canadienne, et Globe and Mail

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !