•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nathalie Normandeau demande des excuses au Maclean's

L'image à la une du magazine Maclean's est sans équivoque.
L'image à la une du magazine Maclean's est sans équivoque.
Radio-Canada

Tant à Ottawa qu'à Québec, la classe politique s'est insurgée contre le magazine pour avoir publié un article concluant que le Québec serait la province « la plus corrompue au Canada ».

À Québec, libéraux, péquistes et adéquistes ont condamné d'une même voix le reportage du magazine canadien Maclean's qui profite de la commission Bastarache pour présenter la province de Québec comme la plus corrompue au Canada.

Des députés des trois camps ont dénoncé l'absence de fondements des conclusions que livrent les auteurs de l'article dans l'édition d'octobre du magazine.

Du côté du gouvernement Charest, que l'article prend à partie, la vice-première ministre Nathalie Normandeau a demandé des excuses au nom de l'ensemble des Québécois.

On fait dans la fabulation avec un article comme celui-là. [...] On dénonce haut et fort aujourd'hui ce que le Maclean's soutient.

Nathalie Normandeau

Plus tôt, le leader parlementaire Jean-Marc Fournier a jugé que le texte était un tissu d'allégations et d'inventions avant même de l'avoir lu. « Ça va à l'encontre de toute règle de droit, ce n'est que du salissage », a-t-il dit. Le député libéral Pierre Moreau a été encore plus virulent en qualifiant de « Quebec bashing » le travail du magazine.

Le PQ blâme Charest

Bernard DrainvilleBernard Drainville

Le porte-parole de l'opposition officielle en matière d'affaires intergouvernementales, Bernard Drainville, estime que le reportage est teinté d'intolérance et de francophobie.

M. Drainville blâme également le premier ministre du Québec. Il croit que Jean Charest est le premier responsable du sentiment anti-Québec qui se dégage du texte en raison des scandales qui l'ont éclaboussé.

La députée adéquiste Sylvie Roy voit elle aussi dans cette charge de Maclean's contre la Belle Province un sentiment anti-Québec ouvertement exprimé. « La facilité avec laquelle le Canada anglais s'attaque au Québec est déconcertante », a-t-elle affirmé.

Des échos jusqu'à Ottawa

L'article de l'hebdomadaire anglophone a également eu des échos jusqu'à Ottawa où libéraux et bloquistes ont dénoncé les propos des journalistes.

Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, a envoyé une lettre ouverte dans laquelle il pose brutalement la question : « Le Canada est-il un pays xénophobe ? ».

Selon lui, l'attaque de Maclean's est « malheureusement représentative d'un sentiment trop largement répandu au Canada, où beaucoup considèrent le Québec comme un endroit raciste, corrompu et quémandeur ».

Au Canada, il semble que le seul groupe envers lequel il soit permis d'agir ainsi, le seul groupe qu'il soit permis d'insulter, ce sont les Québécois.

Gilles Duceppe

M. Duceppe estime enfin que le magazine « ne fait que renforcer les préjugés tenaces du Canada envers le Québec ».

Son leader parlementaire, Pierre Paquette, en rajoute : « Je pense que c'est véritablement du Quebec bashing et que les préjugés qui sont ceux du Maclean's, au plan idéologique de droite et fédéraliste, ressortent. Le jupon dépasse. »

Le député libéral Marc Garneau affirme pour sa part que le magazine porte des accusations sérieuses qui sont susceptibles de diviser le pays.

Du côté du gouvernement conservateur, seul le ministre des Affaires étrangères Lawrence Cannon a réagi, estimant le texte de Maclean's « complètement innaproprié ».

Le Québec champion de la corruption, selon Maclean's

Martin Patriquin, journaliste et chef du bureau montréalais de Maclean'sMartin Patriquin, journaliste et chef du bureau montréalais de Maclean's

Dans son édition d'octobre, le magazine canadien-anglais affiche en page couverture un Bonhomme Carnaval transportant une valise d'argent d'où s'échappe une traînée de billets de banque. La direction du Carnaval de Québec demande d'ailleurs des excuses à l'éditeur de Maclean's pour son « utilisation éhontée d'une représentation de Bonhomme Carnaval ».

Dans un dossier spécial intitulé « La province la plus corrompue », le journaliste Martin Patriquin prend appui sur la situation actuelle au Québec pour savoir pourquoi « autant de scandales politiques » surviennent dans la Belle Province.

L'article de cinq pages s'ouvre sur un rappel des derniers événements qui ont fait les manchettes au Québec, de la commission Bastarache à l'attribution de contrats dans la construction, en passant par le trafic de places en garderies et la démission du ministre de la Famille, Tony Tomassi. Le magazine inclut même les 75 000 $ de « salaire annuel » versés par le PLQ à Jean Charest. La liste s'allonge jusqu'au scandale des commandites et plus loin encore.

L'auteur de l'article affirme que le Québec n'a pas l'exclusivité des scandales politiques au Canada, mais ajoute que les problèmes de corruption sont particulièrement persistants dans cette province.

Au Canada, le scandale, quand ça arrive, c'est des gens du gouvernement qui se mettent de l'argent public dans les poches. Au Québec, c'est l'inverse. Ce sont des personnes du privé qui utilisent de l'argent privé pour influencer le gouvernement.

Martin Patriquin, journaliste au magazine Maclean's

« Le Québec, terre de patronage »

Selon Maclean's, il s'agit d'une tendance qui puiserait ses racines dans une longue et fructueuse tradition de patronage et de corruption qui a culminé sous le régime de Maurice Duplessis.

Ces « pratiques » n'ont jamais disparu des moeurs politiques québécoises, note l'auteur, mais se sont simplement transformées après la Révolution tranquille.

L'article rappelle au passage une citation du professeur de sciences politiques américain, Samuel Huntington, qui considérait en 1968 le Québec comme « la région peut-être la plus corrompue parmi l'Australie, la Grande-Bretagne, les États-Unis et le Canada ».

Le dossier, aux allures de règlement de compte, se conclut par un article d'Andrew Coyne qui précise que la corruption existait partout au Canada bien avant la Confédération, mais que c'est au Québec « qu'elle semble la plus inévitable ». Ici, encore, les scandales « made in Québec » se déclinent sur des paragraphes.

« Il est devenu si facile au Québec de justifier des pratiques qui ailleurs seraient perçues comme de la corruption crasse généralisée », peut-on lire en exergue dans l'article d'Andrew Coyne.