•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une marche pour dénoncer l'inacceptable

Une affiche contre la violence envers les femmes
Une affiche contre la violence envers les femmes

Quelque 200 femmes ont marché vendredi soir, au centre-ville de Montréal, pour dénoncer la violence sexuelle. Il s'agissait de la 19e édition de cet événement.

Environ 200 femmes ont participé vendredi soir à Montréal à un rassemblement intitulé La rue, la nuit, femmes sans peur. Cette marche, une initiative de divers organismes, se tient chaque année. Elle n'avait toutefois pas eu lieu à Montréal depuis 12 ans.

Karine Tremblay, porte-parole du Regroupement québécois des centres d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel, affirme que le tiers des Québécoises âgées de plus de 16 ans ont été victimes d'une agression sexuelle au cours de leur vie. Selon elles, la quasi-totalité de ces femmes victimes d'agression sexuelle ne portent pas plainte.

Avec la montée de la droite et un peu l'antifiminisme, on sentait un besoin encore plus grand de reprendre la rue et de crier qu'on refuse l'inacceptable.

Karine Tremblay

Chantal Ismé, de la Concertation des luttes contre l'exploitation sexuelle, rappelle qu'il importe de sensibiliser les hommes à cette situation. Elle dénonce par la même occasion l'impunité dont jouissent souvent les agresseurs, selon elle.

La marche s'inspire d'événements semblables qui ont cours en Europe depuis le milieu des années 1970. La rue, la nuit, femmes sans peur est organisé dans l'optique de redonner aux femmes le sentiment qu'elles doivent se réapproprier la rue et qu'elles ont le droit de s'y sentir en sécurité, la nuit comme le jour.

ARCHIVES : une autre manifestation à Montréal, cette fois à la veille de la journée mondiale de la femme
Avec les informations de La Presse canadienne

Aucun thème sélectionné