•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Yves Bolduc tente de calmer les inquiétudes

Hôpital de Baie-Saint-Paul

Hôpital de Baie-Saint-Paul

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Quelque 400 personnes ont assisté jeudi soir à une assemblée d'information sur la démolition de l'établissement hospitalier et la réorganisation des services. Le bâtiment doit être démoli, car des tests ont montré qu'il ne résisterait pas à un tremblement de terre.

Le ministre de la Santé, Yves Bolduc, a tenté de calmer les inquiétudes des citoyens lors d'une assemblée d'information jeudi soir sur la démolition de l'hôpital Baie-Saint-Paul et la réorganisation des services.

Quelque 400 personnes ont assisté à cette rencontre pour en apprendre davantage sur l'avenir de l'hôpital. Il y a près de trois semaines, les citoyens ont appris que l'établissement devait être démoli, car des tests ont montré qu'il ne résisterait pas à un tremblement de terre.

Pendant deux heures, le ministre de la Santé a fait face aux questions et aux inquiétudes des gens de Baie-Saint-Paul. Une fois l'hôpital démoli, plusieurs craignent de perdre des services.

Yves Bolduc a voulu être rassurant en indiquant qu'il y aura toujours des services de santé 24 heures sur 24 à Baie-Saint-Paul. Toutefois, il a refusé de dire s'ils seront tous maintenus. « Vous aurez des services ici localement. Comment? On ne peut pas vous le dire ce soir. On va vous demander également de ne pas nous demander de vous dire des certitudes. »

De plus, le ministre de la Santé n'a pas voulu confirmer si l'hôpital sera bel et bien construit à Baie-Saint-Paul. Si c'est le cas, il a dit que l'établissement sera plus petit et que celui-ci n'aura probablement pas de bloc opératoire.

Les dirigeants de la santé se donnent jusqu'à la fin novembre pour prendre une décision dans ce dossier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !