ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aller au menu principalAller au contenu principalAller au pied de page
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada accroît sa contribution au Fonds mondial

Stephen Harper au siège des Nations unies, à New York
Stephen Harper au siège des Nations unies, à New York Photo: La Presse canadienne / Seth Wenig

Stephen Harper annonce une hausse importante du financement au Fonds mondial contre le sida, la tuberculose et le paludisme, et espère doubler l'aide internationale pour la santé des mères et des enfants.

Le premier ministre Stephen Harper a annoncé, mardi, une hausse importante du financement au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

Dans un discours dans le cadre du Sommet sur les objectifs du millénaire pour le développement, qui se tient au siège des Nations unies, à New York, il a confirmé que le Canada augmentera sa contribution de 20 % à l'organisme, composé de gouvernements, d'organisations non gouvernementales, du secteur privé et des communautés locales qui travaillent sur près de 600 programmes d'aide dans 144 pays. L'aide du Canada passera donc de 150 millions à 180 millions de dollars par année sur trois ans.

Le fonds mondial estime que cet engagement du Canada est le strict minimum que le pays se devait d'offrir. Plusieurs ONG auraient voulu que le Canada soit plus généreux. M. Harper rappelle qu'il vaut mieux être efficace que faire des promesses qui ne mènent à rien.

L'engagement du premier ministre s'inscrit dans les objectifs du millénaire de réduire la pauvreté de moitié dans le monde d'ici 2015. Certains décrivent ces objectifs comme une des plus grandes promesses que l'ONU n'ait jamais faites à la planète.

À cinq ans de l'échéance, le but est loin d'être atteint et, avec la crise économique mondiale, les pays développés se sont montrés beaucoup moins généreux.

Harper veut 10 milliards pour les mères et les enfants

M. Harper a aussi profité de l'occasion pour vanter les effets de son initiative Muskoka, cette grande offensive annoncée au sommet du G8 visant à mobiliser des fonds de la part de gouvernements et de fondations privées pour s'attaquer au problème de la mortalité infantile et maternelle.

En juin dernier, le premier ministre avait fait savoir qu'il avait déjà réussi à amasser 5 millards de dollars dans le cadre de cette initiative. Il soutient que d'ici la fin de ce sommet, il aura recueilli 10 milliards de dollars.

Mais M. Harper affirme que ce qui compte avant tout, c'est que l'argent soit bien investi.

« Rendre de compte des résultats sera une partie intégrante du plan. Notre cadre de responsabilisation rigoureux permettra de mesurer les progrès, de suivre les résultats et de veiller à ce que les fonds destinés à l'aide contribuent bel et bien à réduire de façon durable la mortalité maternelle et infantile », a-t-il déclaré.

Le Canada veut sa place au Conseil de sécurité

En plus de son allocution de mardi, le premier ministre canadien prendra la parole jeudi devant l'assemblée générale des Nations unies, à l'occasion de la session annuelle.

La présence de M. Harper servira notamment à promouvoir la candidature du Canada pour obtenir un siège temporaire au Conseil de sécurité de l'organisation.

L'Allemagne et le Portugal sont également dans la course. Le vote est prévu le 12octobre.

L'an dernier, l'absence de M Harper à l'ONU avait été remarquée, le premier ministre choisissant plutôt de participer à une séance de photo dans un restaurant Tim Hortons, en Ontario, pour souligner le retour de l'entreprise comme société canadienne.

Avec les informations de CBC.ca