•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

McCallion sans peur et sans reproche

Hazel McCallion

Hazel McCallion

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La mairesse Hazel McCallion reconnaît s'être impliquée dans un important projet immobilier auquel était lié son fils, mais elle nie tout conflit d'intérêts.

La mairesse de Mississauga, Hazel McCallion, reconnaît son implication dans un important projet immobilier auquel était lié son fils. La femme de 89 ans fait face à des allégations de conflit d'intérêts dans ce projet de construction de 1,5 milliard de dollars.

Interrogée par son avocate, la mairesse McCallion a reconnu qu'elle s'est impliquée presque à tous les niveaux du projet, qui visait à construire un hôtel, un palais des congrès et des condos au centre-ville de Mississauga. Elle a notamment transmis sa liste de contacts chinois à son fils pour l'aider à trouver des investisseurs. Puis, elle a vertement réprimandé un des dirigeants du régime de retraite OMERS, qui hésitait à vendre les terrains convoités par les promoteurs.

Le bien de la ville

Hazel McCallion affirme qu'elle a toujours déclaré être en conflit d'intérêts lorsqu'il était question du projet au conseil municipal. Selon elle, elle travaillait pour le bien de la ville plutôt que pour son fils, à qui elle nie avoir accordé de traitement de faveur. La mairesse McCallion dit rencontrer des dizaines de promoteurs immobiliers à son domicile et intercéder en leur faveur lorsque leurs projets rencontrent un obstacle.

Le contre-interrogatoire de Hazel McCallion par l'avocat de la commission d'enquête commencera mardi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !