•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les environnementalistes agacent Guy Chevrette

Guy Chevrette

Guy Chevrette

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président démissionnaire du Conseil de l'industrie forestière affirme que les environnementalistes prennent trop de place dans le débat sur la gestion forestière.

Le président démissionnaire du Conseil de l'industrie forestière, Guy Chevrette, affirme que les environnementalistes prennent trop de place dans le débat sur la gestion forestière.

À moins de quatre mois de son départ, Guy Chevrette précise que la Côte-Nord est pénalisée par la situation.

Selon lui, une forêt propice aux feux, aux insectes et aux ravages de la tordeuse d'épinette devrait faire l'objet d'une plus grande coupe. « Une plus grande coupe de cette forêt surannée-là ferait énormément de bien, mais on ne le dit pas », dit-il.

Guy Chevrette souligne aussi que la mauvaise image de l'industrie crée un désintérêt des jeunes pour des emplois pourtant très rémunérateurs. À la relance de l'industrie, de 2000 à 3000 travailleurs devront être embauchés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !