•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La ministre Normandeau s'apprête à donner le feu vert

Nathalie Normandeau

Nathalie Normandeau (archives)

Radio-Canada

La ministre des Ressources naturelles du Québec, Nathalie Normandeau, indique qu'elle s'apprête à autoriser le démantèlement de la raffinerie Shell de Montréal-Est.

C'est imminent : Québec autorisera Shell d'ici quelques jours à procéder à la transformation de sa raffinerie de Montréal-Est en terminal. La ministre des Ressources naturelles du Québec, Nathalie Normandeau, doit remettre à Shell un permis en vertu de l'article 15 de la Loi sur les produits pétroliers. Au bureau de la ministre, on affirme que l'annonce officielle de cette autorisation sera faite d'ici quelques jours.

Par voie de communiqué, jeudi, la direction de la pétrolière a rappelé qu'elle attendait cette autorisation depuis cinq mois.

Jeudi, la Cour supérieure du Québec a rejeté la demande du Syndicat des travailleurs de Shell, qui réclamait une injonction permanente dans le but d'empêcher Shell d'aller de l'avant avec son démantèlement. Le Syndicat des employés de Shell n'exclut pas la possibilité de porter en appel cette décision de la Cour supérieure du Québec.

En juillet, le Syndicat avait obtenu que Shell soit frappé d'une injonction provisoire. Le Syndicat avait fait valoir que Shell entamait la transformation de sa raffinerie en terminal alors que la pétrolière n'avait pas obtenu l'aval de Québec. Cette injonction était valide jusqu'au 10 septembre.

Avec l'assentiment de la ministre Normandeau, Shell pourra donc mettre à exécution son plan de conversion de sa raffinerie. Dans son communiqué, Shell affirme que cette transformation est nécessaire pour « augmenter la capacité d'importation de carburant [au] terminal de Montréal ».

Mais rappelons que cette décision de la pétrolière est un coup dur pour Montréal-Est. Des 550 employés par Shell actuellement, il n'en restera qu'une trentaine une fois le démantèlement achevé.

L'espoir persiste

Le comité de survie de la raffinerie maintient que ce démantèlement pourrait être évité avec la vente de la raffinerie. Le comité soutient qu'il y a quatre acheteurs potentiels pour les installations de Shell à Montréal-Est.

La raffinerie de Montréal produisait plus de 130 000 barils par jour. Elle est la plus importante que possède le géant britannico-néerlandais Royal Dutch Shell Group au Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !