•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des pertes pour Baie-Comeau

centralemccormick-barrage

La Ville ne recevra plus de taxes pour la centrale McCormick, car Hydro-Québec, qui profite d'exemptions de taxes, en est maintenant propriétaire à 60 %.

Baie-Comeau perdra des revenus annuels de plus de 1,5 million de dollars à partir de 2016. Ces pertes résulteront du fait qu'AbitibiBowater a vendu sa participation dans la centrale hydroélectrique McCormick. Hydro-Québec, maintenant copropriétaire des installations avec Alcoa, ne paie pas de taxes pour ses barrages et ses filiales.

Pour compenser en partie la perte de revenus liés à la centrale, le ministère des Affaires municipales versera près de 7 millions de dollars dans les cinq prochaines années à la Ville de Baie-Comeau.

La mairesse Christine Brisson appelle toutefois à des solutions plus durables. Elle croit que la centrale d'Hydro-Québec devrait payer des tenants lieu de taxes.

« Cette fois-là, c'est pour nous. Tantôt ça va être pour d'autres villes. Il faut trouver une solution, parce qu'il y a eu cette vente de barrage là, il va y en avoir d'autres ailleurs », affirme Mme Brisson.

Le député péquiste de René-Lévesque, Marjolain Dufour, juge pour sa part que les municipalités doivent toucher plus de retombées provenant de l'utilisation des ressources naturelles.

« Le moyen de s'en sortir pour les régions ça va peut-être être par rapport aux ressources naturelles qu'on a. Ce qui inclut les barrages hydroélectriques. Il faut avoir des redevances sur les ressources naturelles pour la diversification économique », dit-il.

Quant à Alcoa, elle profitera de la situation. Puisqu'Hydro-Québec possède 60 % des parts de la centrale McCormick, cette dernière est considérée comme une de ses filiales. L'exemption de taxes d'Hydro-Québec est donc valable pour la totalité du barrage et évitera ainsi à Alcoa d'en payer.