•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La réforme des retraites adoptée

Le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, a eu du mal à ramener l'ordre.

Le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, a eu du mal à ramener l'ordre.

Photo : AFP / Pierre Verdy

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les députés français adoptent dans une ambiance survoltée le projet de loi réformant les retraites. La gauche et les syndicats promettent de faire barrage à ce texte qui relève de 60 à 62 ans l'âge minimal de départ à la retraite, à l'horizon 2018.

L'Assemblée nationale française a adopté mercredi, lors d'une séance houleuse, le projet de loi sur la réforme des retraites, considéré comme une priorité absolue par le gouvernement et vivement critiqué par l'opposition et les syndicats.

Ce projet, qui porte de façon progressive l'âge légal de départ de 60 à 62 ans à l'horizon 2018, a été voté par 329 voix contre 233 après des débats houleux.

Le texte relève également de 65 à 67 ans l'âge permettant d'obtenir une retraite à taux plein quel que soit le nombre de trimestres cotisés.

Forte de sa majorité, la droite de Nicolas Sarkozy n'a pas eu de peine à faire adopter son projet de loi. Mais les partis de gauche affirment que la « bataille n'est pas perdue » et promettent d'accroître la mobilisation populaire.

Les syndicats, qui crient à l'injustice, comptent sur les manifestations de rue pour faire reculer le gouvernement. Ils ont fait une démonstration de force le 7 septembre, mobilisant des dizaines de milliers de personnes dans les rues.

Le projet de loi sera débattu au Sénat à partir du 5 octobre. D'ici là, les syndicats ont appelé à une nouvelle journée de grèves et de manifestations le 23 septembre.

Le président Sarkozy a laissé entendre qu'il restait encore « un petit peu de marge » au Sénat pour amender le projet de loi.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !