•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Monde entend poursuivre l'Élysée

Liliane Bettencourt lors d'une entrevue le 14 juillet dernier

Liliane Bettencourt lors d'une entrevue le 14 juillet dernier

Photo : AFP / France 3

Radio-Canada

Le quotidien français affirme que l'Élysée aurait utilisé les services secrets pour espionner un fonctionnaire et identifier l'informateur d'un de ses journalistes dans l'affaire Woerth-Bettencourt.

Le journal français Le Monde entend porter plainte contre l'Élysée pour violation du secret des sources.

Le quotidien affirme que l'exécutif aurait utilisé les services secrets pour espionner un fonctionnaire et identifier l'informateur d'un de ses journalistes dans l'affaire Woerth-Bettencourt. L'informateur aurait révélé des liens entre l'une des grandes fortunes de France et le parti du président.

Fragilisé par plusieurs scandales, notamment celui du démantèlement des camps illégaux de Roms, le gouvernement français a démenti les accusations du Monde.

Cela n'a pas empêché plusieurs voix de dénoncer une « nouvelle affaire d'État ». Les médias français parlent même d'un « Sarkogate ».

La dirigeante socialiste Martine Aubry a accusé le gouvernement d'être dans le « mensonge permanent ». « Faire en sorte que les services soient utilisés à cela, c'est-à-dire de manière partisane, de manière personnelle par le gouvernement, c'est totalement choquant, c'est totalement illégal », a-t-elle déclaré.

De son côté, l'ex-patron du Parti socialiste, François Hollande, a affirmé que « ça ne tourne plus rond au sommet de l'État ». Elle a appelé à l'ouverture d'une enquête judiciaire indépendante pour clarifier l'affaire.

L'ancien premier ministre Dominique de Villepin, rival de la droite de Nicolas Sarkozy, a quant à lui dénoncé un « cafouillage » au sein de l'exécutif et la violation de trois principes : « l'impartialité de l'État, le secret de l'instruction et le secret des sources ».

Luc Chatel, porte-parole du gouvernement, a riposté en jugeant « absolument inadmissible qu'un haut fonctionnaire puisse divulguer des informations confidentielles, violant par là même le secret professionnel et le secret de l'enquête », tout en disant normal « que les journalistes enquêtent et travaillent avec des informateurs ».

Le quotidien persiste avec ses affirmations, préparant dans son édition de mercredi un article titré « Comment l'Élysée cherche à se protéger ».

Alors que la police a reconnu une enquête du contre-espionnage sur une fuite dans la presse, le journal souligne que « ce n'est pas la première fois que l'Élysée fait appel aux services de renseignement et de contre-espionnage à des fins politiques ou personnelles ». Il évoque une enquête sollicitée au printemps sur une rumeur concernant la vie conjugale de Nicolas Sarkozy.

Le scandale Woerth-Bettencourt, qui implique le ministre du Travail Eric Woerth, comporte des suspicions de conflit d'intérêts, de financement politique illégal et de trafic d'influence.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !