•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Funérailles nationales de Claude Béchard

La conjointe du défunt Claude Béchard, Mylène Champoux, avec trois de leurs quatre enfants, Marianne, Charles et Justine.

La conjointe du défunt Claude Béchard, Mylène Champoux, avec trois des quatre enfants du couple, Marianne, Charles et Justine.

Photo : AFP / Clement Allard

Radio-Canada

Des centaines de citoyens se sont mêlés aux élus québécois pour rendre un dernier hommage à Claude Béchard, dont les funérailles ont été célébrées en la cathédrale Sainte-Anne-de-La-Pocatière.

La classe politique québécoise s'est rassemblée en la cathédrale Sainte-Anne-de-La-Pocatière, dans le Bas-Saint Laurent, où se sont déroulées ce matin les funérailles nationales de Claude Béchard auxquelles assistait le premier ministre.

Jean Charest a rendu hommage à son ami et collègue, et souligné sa passion pour la politique.

Il a rappelé que, malgré la maladie, Claude Béchard n'a eu de cesse d'accomplir ses fonctions de ministre.

Je trouvais qu'il en avait trop. Il trouvait qu'il n'en avait pas assez. Je voulais qu'il ralentisse, il voulait continuer. Je lui ai dit: Claude, avant la politique il y a la vie. Il m'a répondu: ma vie, c'est la politique.

Jean Charest

Le premier ministre a eu aussi quelques mots pour les journalistes, peu avant la cérémonie. « Ce sera triste et beau à la fois. On va célébrer la vie d'un fils de Kamouraska-Témiscouata », a affirmé Jean Charest, qui s'est aussi dit très touché par la présence de centaines de citoyens et a ajouté que « beaucoup de gens malades se voyaient en lui [Claude Béchard], qu'il les inspirait beaucoup ».

Claude avait le tour de nous faire sourire les jours les plus gris en politique. Les gens se souviendront de son rire contagieux. Il me manque beaucoup.

Jean Charest, premier ministre du Québec

Une lettre de Mylène Champoux, la conjointe de M. Béchard, a aussi été lue lors de la cérémonie, dans laquelle elle relate son combat contre le cancer et lui réitère son amour. « Ce n'est pas une victoire de la mort, c'est une célébration de la vie. Une occasion de saluer ton courage, ta détermination, ta force aussi », a lu Marie-Claude Champoux, soeur de la conjointe du défunt.

La fille aînée du défunt s'est aussi adressée à l'assistance recueillie.

Papa, ici tout le monde t'aime et jamais personne ne va t'oublier.

Justine Béchard

Dans son homélie, l'évêque Yvon-Joseph Moreau a cité Thomas d'Aquin, soulignant qu'en se consacrant avec passion aux intérêts de ses concitoyens, l'ancien ministre Claude Béchard avait pratiqué la plus haute forme de charité ».

Peu avant la cérémonie, plusieurs citoyens ont tenu à offrir un témoignage. Une femme qui a étudié avec M. Béchard au secondaire racontait, émue, qu'il était un très bon exemple pour tous. « Sa réussite nous donnait le goût de nous dépasser. C'était un être disponible et généreux. »

« Il sera très dur à remplacer dans la région », a ajouté un homme qui connait la famille Béchard.

Un couple qui connaît bien la soeur aînée de M. Béchard notait qu'il a fait beaucoup pour sa région. « Il était aimé de tout le monde. »

Une femme est venue avec son conjoint et ses enfants pour « prier pour son âme ». « On croit à la vie après la mort et on souhaite qu'il est allé au ciel. Je ne sais pas s'il était serein à la fin, mais sinon, on lui offre une prière. »

Les représentants des médias n'étaient pas admis à l'intérieur de l'église.

Le corps de Claude Béchard a été inhumé aux côtés de celui de son père, au cimetière de Saint-Pascal-de-Kamouraska.

Le chef bloquiste Gilles Duceppe a assisté à la cérémonie, tandis que la chef péquiste Pauline Marois était représentée par le député Martin Lemay. Le premier ministre Stephen Harper avait pour sa part délégué les ministres Christian Paradis et Josée Verner.

Le chef adéquiste Gérard Deltell et son prédécesseur Mario Dumont étaient aussi présents.

Vendredi, des centaines de citoyens ont défilé devant son cercueil, à Saint-Philippe-de-Néri.

Claude Béchard a succombé mardi à un cancer du pancréas. Il avait 41 ans.

Il représentait la circonscription de Kamouraska-Témiscouata depuis 1997. Il occupait, jusque peu avant son décès, les fonctions de ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation et de ministre responsable des Affaires intergouvernementales et de la Francophonie canadiennes.

Il laisse dans le deuil sa conjointe et ses deux filles, Justine et Béatrice, ainsi que Charles et Marianne, enfants de sa conjointe.

Ceux qui désirent rendre hommage par écrit à l'ancien député de la circonscription de Kamouraska-Témiscouata peuvent encore le faire par l'entremise d'un registre (Nouvelle fenêtre) mis en ligne par le gouvernement du Québec.

De leur côté, les mairies des localités du Témiscouata ont mis leurs drapeaux en berne. Des registres sont aussi à la disposition des citoyens afin qu'ils puissent écrire des témoignages de sympathie, qui seront transmis à la famille.

D'autre part, un groupe formé sur le réseau social Facebook milite déjà pour que l'autoroute 85 devienne l'autoroute Claude-Béchard afin d'honorer sa mémoire. Quelques milliers de personnes ont déjà signé la pétition en ligne.