•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'état d'urgence prolongé après le séisme

Un édifice endommagé par un puissant séisme et des répliques à Christchurch, en Nouvelle-Zélande

Photo : AFP / Greg Wood

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Tandis que l'évaluation des dommages et l'inspection des édifices se poursuivent à Christchurch, les autorités y prolongent l'état d'urgence jusqu'à mercredi, et l'armée surveille le centre-ville.

Les autorités ont prolongé jusqu'à mercredi l'état d'urgence à Christchurch, deuxième ville de Nouvelle-Zélande, dans la foulée du puissant séisme de magnitude 7 survenu samedi matin.

Il s'agit du tremblement de terre aux conséquences les plus graves à survenir dans ce pays en 80 ans. On n'a heureusement rapporté aucun mort, tandis que deux personnes ont subi des blessures graves.

Le centre-ville est toujours interdit d'accès et sous la surveillance de l'armée, notamment en raison des risques d'effondrement d'immeubles. Un couvre-feu est toujours en vigueur à la tombée du jour, après des cas de pillage survenus samedi.

Des dizaines de répliques ont continué à secouer la ville de 340 000 habitants, où la valeur estimée des dommages est déjà d'environ 1,5 milliard de dollars. Environ 500 bâtiments endommagés doivent encore être inspectés, tandis que l'armée et la police continuent de constater les dégâts par hélicoptère.

Environ 200 personnes évacuées ont passé la nuit dans des refuges. Les écoles, magasins ainsi que des entreprises demeurent fermés. L'approvisionnement en électricité et en eau a toutefois repris dans la région.

Une tempête dont on avait craint l'arrivée a finalement passé au large du pays.

Deux maisons sur trois endommagées

Le premier ministre John Key a annoncé le déblocage d'une somme de 94 millions de dollars pour les réparations, et a averti qu'il faudrait « du temps » avant un retour à la normale. Selon ses estimations, deux maisons sur trois ont pu être endommagées dans la région.

Des analystes craignaient l'impact économique du séisme dans cette région dont la production agricole est d'une grande importance. La Nouvelle-Zélande vient en effet de connaître deux trimestres de faible croissance, après avoir enduré 18 mois de récession.

Les amateurs de musique de Christchurch ont toutefois une petite source de réjouissance : selon le New Zealand Herald, les deux concerts que doit donner le groupe Metallica au CBS Canterbury Arena, les 21 et 22 septembre, devraient avoir lieu comme prévu. Leur possible annulation avait été évoquée précédemment, mais le séisme n'aurait pas endommagé l'amphithéâtre. Une annulation aurait été très décevante pour les fidèles de Metallica, le groupe ayant finalement accepté d'organiser ces concerts à la suite d'une longue campagne lancée par un admirateur sur le web.

La Nouvelle-Zélande est située sur la « ceinture de feu », une zone sismique très active à la frontière entre les plaques tectoniques australienne et pacifique. Le dernier séisme important, d'une magnitude de 7,8, y est survenu le 16 juillet 2009 dans la région peu peuplée de Fiordland.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !