•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le fabricant du Botox payera 600 millions $

Injection-botox

Photo : AFP / George Pascal

Radio-Canada

Allergan accepte de payer 600 millions de dollars pour solder des poursuites aux États-Unis, où la compagnie était accusée d'avoir promu des usages du Botox autres que ceux pour lesquels il est autorisé.

Allergan, le fabricant américain de l'antirides Botox, a annoncé mercredi qu'il acceptait de payer 600 millions de dollars pour solder des poursuites aux États-Unis, où la justice l'accusait d'avoir promu des usages du produit autres que ceux pour lesquels il est autorisé.

Les accusations, qui portaient sur une période allant de 2000 à 2005, stipulaient que la promotion du produit avait engendré son utilisation pour traiter des maux de tête, des douleurs, des spasmes ou encore l'infirmité motrice cérébrale juvénile, a expliqué la société dans un communiqué.

Durant cette période, le Botox avait été approuvé uniquement pour traiter certaines formes de spasmes musculaires, le strabisme et la transpiration excessive.

Allergan a plaidé coupable et va payer 375 millions de dollars au gouvernement, auxquels s'ajoutent 225 millions pour solder les plaintes au civil.

« Cet accord est dans le meilleur intérêt de nos actionnaires, puisqu'il règle tous les points qui posaient problème dans l'enquête, nous évite d'importants coûts de justice [...] et nous permet de consacrer notre temps et nos ressources sur le développement de nouveaux traitements pour les patients et la communauté médicale », a commenté le vice-président directeur d'Allergan, Douglas Ingram.

Les pratiques d'Allergan

Le Botox, la toxine botulique qui permet avec ses effets paralysants d'effacer les rides du visage, a été initialement approuvé par l'Agence américaine du médicament (FDA) en 1989 pour traiter des spasmes musculaires autour des yeux.

Selon le procureur général adjoint du département de la Justice, Tony West, la compagnie donnait des pots-de-vin aux médecins pour qu'ils injectent du Botox à des fins autres que celles pour lesquelles il était autorisé et leur disait comment présenter les factures auprès des programmes d'assurance Medicare et Medicaid.

La FDA a donné en 2002 l'autorisation de commercialiser le Botox pour des traitements cosmétiques temporaires. Le succès a engendré des milliards de dollars de ventes.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters