•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De déchets à biocarburant

Vincent Chornet, Ed Stelmach et Stephen Mandel

Le PDG d'Enerkem, Vincent Chornet, à droite, montre au premier ministre de l'Alberta, Ed Stelmach, au centre, et au maire d'Edmonton, Stephen Mandel, des déchets broyés qui pourront être transformés en biocarburant.

Radio-Canada

La Ville, la province et l'entreprise québécoise Enerkem s'associent pour construire dans la capitale albertaine une usine pour transformer les rebuts ménagers en biocarburant.

Une cérémonie a été organisée mardi à Edmonton pour souligner le début de la construction d'une usine de biocarburants à partir de déchets domestiques.

Le projet est réalisé par la Ville, le gouvernement albertain et l'entreprise québécoise Enerkem, qui possède une usine pilote à Sherbrooke depuis sept ans. Les partenaires avancent qu'il s'agira de la première usine au monde à transformer des rebuts domestiques en biocarburant.

Les installations, construites au coût de 80 millions de dollars, devraient être en activité dès l'an prochain. La facture sera partagée par la province et la Ville. L'usine sera la propriété d'Enerkem.

D'ici 2013, la production annuelle de biocarburant devrait atteindre 36 millions de litres et permettre de réduire de 30 % la quantité de déchets enfouis.

« Cette usine est le début d'une transformation mondiale où nos déchets non recyclables alimenteront les véhicules », a déclaré le président et chef de la direction d'Enerkem, Vincent Chornet, dans un communiqué. « Ce genre de projet peut faire une grande différence », a souligné pour sa part le maire d'Edmonton, Stephen Mandel.

La Ville a conclu une entente de 25 ans avec Enerkem, qui a un projet semblable à Pontotoc, au Mississippi. Cette usine américaine de biocarburant devrait être fonctionnelle en 2012.