•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

AbitibiBowater indemnisée

AbitibiBowater

L'ancienne usine d'AbitibiBowater à Grand Falls-Windsor. (archives)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La papetière recevra 130 millions de dollars du fédéral pour avoir perdu ses droits de coupe et certains actifs à Terre-Neuve-et-Labrador en 2008.

Le gouvernement du Canada accepte de verser 130 millions de dollars à la papetière AbitibiBowater en guise d'indemnisation pour son expropriation à Terre-Neuve-et-Labrador en 2008.

L'entreprise avait intenté une poursuite de 500 millions de dollars en vertu de l'Accord de libre-échange nord-américain.

AbitibiBowater accusait Terre-Neuve-et-Labrador d'avoir violé des modalités de cet accord en lui retirant ses droits de coupe et en saisissant certains de ses actifs.

Le gouvernement de Danny Williams avait pris ces mesures en réaction à la fermeture de l'usine d'AbitibiBowater à Grand Falls-Windsor.

Même si la décision a été prise au provincial, le fédéral réglera l'entente conclue à l'amiable, puisque l'Accord de libre-échange nord-américain relève de lui.

Satisfaction unanime

Le règlement réjouit le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Danny Williams. Il félicite le gouvernement fédéral pour ses efforts en vue de conclure cette entente.

Le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international indique par voie de communiqué que les 130 millions de dollars représentent la valeur des actifs dont AbitibiBowater a été exproprié. Le ministère précise que l'entreprise accepte de renoncer à sa poursuite.

Le président-directeur général d'AbitibiBowater, David Paterson, souligne qu'il s'agit d'un règlement acceptable pour l'entreprise, ses actionnaires et ses créanciers. Selon lui, l'entreprise peut maintenant se concentrer sur sa restructuration. M. Paterson remercie aussi le gouvernement fédéral pour ses efforts. Il ajoute que le règlement permet d'éviter une poursuite coûteuse

La forestière AbitibiBowater, établie aux États-Unis, est en restructuration. Elle bénéficie entre-temps de la protection des tribunaux contre ses créanciers.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !