•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'offre d'achat de BHP rejetée, le titre bondit

PotashCorp

Photo : PotashCorp.com

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après des mois de rumeurs sur une vente possible de PotashCorp, BHP Billiton offre 130 $US l'action pour l'entreprise de la Saskatchewan. Le numéro un mondial de la potasse a rejeté l'offre anglo-australienne, la jugeant « opportuniste ».

L'entreprise de la Saskatchewan PotashCorp, le numéro un mondial de la potasse avec 22 % de la production de cet engrais dans le monde, est l'objet de convoitise.

PotashCorp est la cible d'une offre d'achat hostile déposée par le géant minier anglo-australien BHP Billiton. L'offre d'achat est à 130 $US l'action, ce qui donnerait une transaction de 38,5 milliards de dollars.

Le conseil d'administration de PotashCorp la rejette, considérant qu'elle est inadéquate et qu'une transaction ne serait pas dans l'intérêt des actionnaires.

« Nous ne sommes pas contre la vente, mais nous sommes opposés au vol de la compagnie. »

— Une citation de  Bill Doyle, PDG de PotashCorp

Dans sa lettre au président du conseil d'administration de BHP Billiton, le président du conseil d'administration de PotashCorp, Dallas J. Howe, estime que le moment choisi pour déposer l'offre est « opportuniste » dans la mesure où l'industrie entame une période de reprise. M. Howe ajoute que l'offre d'achat ne correspond pas à « sa valeur intrinsèque ».

À la fermeture des marchés, mardi, le titre atteignait plus de 147 $ à Toronto, en hausse de plus de 26 %.

Un objet de convoitise

Professeur à la Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation de l'Université Laval, Guy Debailleul comprend le rejet de l'offre par le conseil d'administration de PotashCorp.

Selon lui, la valeur de l'entreprise devrait croître puisque les prix des produits agricoles doivent augmenter au cours des prochains mois, une augmentation qui se répercute habituellement par une hausse du prix de l'engrais et, par extension, de la potasse.

La consommation de potasse est en croissance dans le monde, en raison d'une explosion de la demande dans les pays en voie de développement.

L'industrie est particulièrement convoitée avec la fusion éventuelle de ses concurrents européens de l'Est. Si le géant russe Uralkali achète ses voisins, on se trouverait avec deux entreprises (PotashCorp et Uralkali) représentant plus de la moitié du marché de la potasse, prévient M. Debailleul.

Les géants canadien et russe pourraient conséquemment maintenir une hausse des prix et ainsi avoir la capacité d'assurer une rentabilité élevée de l'industrie, ajoute-t-il.

Dans ce contexte, il est fort probable que BHP Billiton soumette une offre d'achat révisée, une offre dont la valeur pourrait atteindre 100 milliards de dollars, juge Guy Debailleul.

Tony Robson, analyste chez BMO Nesbitt Burns, est du même avis. Puisque BHP Billiton profite d'une bonne réputation en matière de crédit, l'entreprise pourrait emprunter entre 50 et 60 milliards sans compromettre son bilan financier, indique-t-il.

PotashCorp protège ses actionnaires

Pour se défendre, PotashCorp a décidé d'adopter une dragée toxique. Ce régime de protection permet aux actionnaires d'acheter des actions ordinaires supplémentaires à un escompte considérable par rapport au cours sur le marché.

L'entreprise devient ainsi beaucoup plus difficile à racheter. Elle dit qu'elle analysera également d'autres solutions quant à son avenir.

Si la transaction allait de l'avant, ce serait un autre fleuron de l'économie canadienne qui passerait entre les mains de propriétaires étrangers.

Potash Corp. en bref

La Potash Corporation of Saskatchewan a été créée par le gouvernement saskatchewanais en 1975. Elle est devenue la PotashCorp lors de sa privatisation en 1989. Une clause précise cependant que le siège social doit rester dans la province.

L'entreprise assure 20 % de la production mondiale de potasse. Selon Uralkali, l'Asie est le principal acheteur de cet engrais (47 %), suivie par l'Amérique du Sud (18 %) et l'Amérique du Nord (16 %).

PotashCorp a déjà été la plus importante entreprise cotée à la Bourse de Toronto, avec un cours dépassant les 250 $.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !