•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des corps non réclamés

Des corps entassés dans une morgue

Des corps entassés dans une morgue

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'an dernier, à Gatineau, plus de 20 personnes sont décédées de façon anonyme, sans que leur corps ne soit réclamé.

Mourir coûte cher. Il y a de nombreuses personnes qui n'ont pas les moyens de se payer une cérémonie, encore moins une incinération ou un enterrement.

L'an dernier, à Gatineau, plus de 20 personnes sont décédées dans l'anonymat, sans que leur corps ne soit réclamé. Des sans-abri, entre autres.

La prestation de décès de 2 500 $ de la Régie des rentes du Québec est versée à la personne ou à l'organisme de charité qui a payé les frais funéraires ou encore aux héritiers. Mais il arrive que personne ne se manifeste ou encore qu'il leur soit tout simplement impossible d'engager ces frais.

Si un corps n'est pas réclamé, les autorités en disposent, et il finit souvent par servir à des fins d'enseignement ou de recherche.

Des organismes communautaires sentent le devoir d'honorer le passage de ces personnes en organisant une cérémonie commémorative, même très modeste, dans leurs locaux.

Luc Villemaire, directeur du Gîte Ami, est l'un de ceux-là : « On fait ça sur notre bras et avec la bonne collaboration de tout le monde. C'est sûr qu'il y a du bénévolat, ça n'apparaîtra jamais dans les livres comptable. C'est ça la réalité des organismes communautaires. »

Benoît Fortin, président du c.a. de l'organisme Mon chez-nous, déplore que les funérailles ne soient pas à la portée de tous :

« « Un itinérant me disait un jour, " Moi, depuis que je suis né, je suis un gros zéro, et quand je vais mourir, personne va s'en rendre compte. " C'est un dur coup pour l'humanité, ça. » »

— Une citation de  Benoît Fortin, de l'organisme Mon chez-nous

La situation est différente du côté ontarien. La Ville d'Ottawa offre un programme de subventions pour les enterrements et les funérailles de ceux qui n'ont pas les moyens de s'en payer.

Les organismes communautaire québécois aimeraient bien des mesures semblables ou un mandat officiel du gouvernement québécois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !