•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Insatisfaisant, disent les francophones

James Moore lors de sa tournée de l'Atlantique

Le passage du ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles à Terre-Neuve-et-Labrador laisse les représentants de la communauté francophone sur leur faim. Les ententes avec le fédéral ont été renouvelées, mais aucun nouveau financement n'a été annoncé.

Le passage du ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles à Terre-Neuve-et-Labrador laisse les représentants de la communauté francophone sur leur faim.

Le ministre James Moore a terminé sa tournée des provinces atlantiques à Terre-Neuve-et-Labrador, mercredi, pour parler d'ententes sur les langues officielles.

« Le gouvernement du Canada fournit un appui financier de 1 390 000 $ par année aux organismes représentant les communautés francophones de la province », annonce le ministre.

James Moore a renouvelé des ententes de financement sur l'enseignement du français, mais le financement accordé aux organismes francophones est insuffisant, selon ses représentants.

La directrice de la Fédération des francophones de Terre-Neuve-et-Labrador, Cyrilda Poirier, déplore l'absence de financement.

C'est une annonce qui ne nous annonce rien finalement. Elle nous confirme que le budget accordé à la province sera le statu quo pour les prochains quatre ans.

Cyrilda Poirier, directrice de la Fédération des francophones de Terre-Neuve-et-Labrador

Coup dur pour le réseau culturel

De son côté, le coordonnateur du réseau culturel de la Fédération des francophones, Xavier Georges, s'inquiète également.

« Quand on parle d'une entente qui est signée pour quatre ans, où je sais très bien que la part des organismes ne permettra pas de subventionner le réseau culturel, ça veut dire que ce seront quatre autres années pas mal difficiles », dit-il.

C'est grâce au réseau culturel, entre autres, que les Terre-Neuviens peuvent voir des artistes francophones, comme lors du Folk Festival de Saint-Jean.

Pour Cyrilda Poirier, cette annonce ne fera rien pour diminuer les difficultés de recrutement et de rétention du personnel dans le domaine culturel.

Aucun thème sélectionné