•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La France sévèrement blâmée par l'ONU

Une jeune fille d'une communauté de Roms photographiée le 30 juillet dernier dans un camp alors en partie menacé d'expulsion, à Lyon

Une jeune fille d'une communauté de Roms photographiée le 30 juillet dernier dans un camp alors en partie menacé d'expulsion, à Lyon

Photo : AFP / Jeff Pachoud

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2010 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un comité d'experts onusien dénonce « le manque de volonté politique » de Paris face à la hausse des actes racistes au pays. Ces dernières semaines ont été marquées par les annonces fracassantes du président Sarkozy.

Selon l'ONU, les actes racistes augmentent en France, faute de volonté politique. Les experts du Comité pour l'élimination de la discrimination raciale onusien (CRED) ont sévèrement blâmé le gouvernement français, mercredi et jeudi.

Le jugement sans appel des experts internationaux a été rendu au terme de l'examen périodique des pays ayant ratifié la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale de 1965.

L'ONU s'inquiète en particulier de la situation des « gens du voyage », une catégorie juridique française, et des Roms. Le président Sarkozy a annoncé il y a quelques jours l'évacuation de camps illégaux et l'expulsion de Roms vers la Roumanie et la Bulgarie. Quarante camps ont ainsi été démantelés en 15 jours.

Le CRED critique aussi la déchéance de la nationalité réclamée par le président Sarkozy pour les criminels français d'origine étrangère accusés de meurtre de policier ou de polygamie. Il a par ailleurs condamné le débat sur l'identité nationale qui s'est tenu l'hiver dernier et qui a causé certaines tensions.

Pour sa défense, Paris a présenté dans un rapport l'ensemble de ses politiques envers les minorités. Le gouvernement a aussi créé la surprise en lançant son plan national de lutte contre le racisme. Ce plan, qui était très attendu par l'ONU, n'a pas suffi à convaincre le comité, qui a critiqué notamment certaines déclarations du président qui constituent, selon l'un des experts, « une incitation à la haine ».

Les ONG se sont félicitées des critiques virulentes qu'ont portées les experts internationaux sur ce qu'elles ont appelé les « récentes dérives du président français ».

La France, où l'on constate « un climat général de durcissement de la xénophobie », « a été mise sur le grill » comme jamais, a estimé la Ligue des droits de l'homme.

Le CRED doit conclure sa session par une série de recommandations au gouvernement français, le 27 août prochain.

Avec les informations de Agence France-Presse, et un reportage de Gabrielle De Jasay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !