•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réconciliation entre Caracas et Bogota

Hugo Chavez et Manuel Santos lors de leur rencontre à Santa Marta

Hugo Chavez et Manuel Santos lors de leur rencontre à Santa Marta

Photo : AFP / Felipe Pinzon (photo fournie par les autorités colombiennes)

Radio-Canada

Le nouveau président de Colombie, Juan Manuel Santos, et son homologue du Venezuela, Hugo Chavez, rétablissent leurs relations bilatérales. La nouvelle est annoncée à l'issue d'une rencontre à Santa Marta, en Colombie.

Le nouveau président de Colombie, Juan Manuel Santos, et son homologue du Venezuela, Hugo Chavez, ont convenu, mardi, de rétablir leurs relations bilatérales, ont-ils indiqué à l'issue d'une rencontre qui s'est déroulée à Santa Marta, en Colombie.

Le tête-à-tête avait été annoncé au cours du week-end.

Cette avancée diplomatique a permis de dénouer la crise politique qui opposait les deux pays depuis plusieurs semaines, alors que l'ex-président colombien Alvaro Uribe était encore au pouvoir.

Le président vénézuélien s'est engagé à ne « pas permettre la présence de groupes armés sur son territoire », a indiqué le chef d'État colombien. « Je crois que c'est un pas important pour que les relations soient maintenues sur des bases solides », a-t-il ajouté.

Hugo Chavez a pour sa part affirmé que « le gouvernement vénézuélien ne soutient pas [...] ni ne permettra la présence de guérillas ou du narcotrafic ».

Nous devons vaincre les démons, président. Il y a des gens qui veulent que nous soyons fâchés.

Hugo Chavez

« Président, comptez sur mon amitié, mon affection et la tendresse de tout le Venezuela », a-t-il ajouté.

Caracas avait rompu ses relations diplomatiques avec Bogota le 22 juillet après que la Colombie eut accusé son voisin d'abriter sur son territoire quelque 1500 rebelles des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC).

La Colombie avait même présenté devant l'Organisation des États américains des documents censés prouver la présence « active » en territoire vénézuélien.

L'homme fort du Venezuela avait qualifié ces documents de mensongers et attribué ce geste aux intentions « guerrières » du président colombien sortant.

Fin juillet, le président Chavez avait dit espérer atténuer les tensions avec la Colombie après l'investiture du président élu, dans un message à peine voilé contre le président Uribe.

Lors de son discours d'investiture, samedi, le nouveau président colombien avait déclaré vouloir un « dialogue franc et direct » avec le Venezuela « le plus vite possible ».

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters