•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pubères de plus en plus jeunes

Une poitrine cachée

Photo : iStockphoto

Radio-Canada

Une étude américaine confirme ce que de nombreuses autres avaient déjà démontré : la puberté chez les filles commence de plus en plus tôt, vers 7-8 ans. L'augmentation de l'obésité explique en partie le phénomène, estiment les chercheurs.

Les fillettes entrent dans leur puberté de plus en plus tôt, confirme une vaste étude menée auprès de 1239 jeunes américaines.

La proportion de filles dont les seins se développent à partir de l'âge de 7-8 ans est supérieure à celle signalée dans les précédents travaux menés sur le phénomène depuis 30 ans, note le Dr Frank Biro, du Cincinnati Children's Hospital Medical Center.

Pourcentage des filles américaines qui commencent leur puberté aux âges de 7 et 8 ans, selon la race :

  • Blanches : 10,4 % - 18,3 %
  • Hispaniques : 14,9 % - 30,9 %
  • Noires : 23,4 % - 42,9 %

L'obésité

Les chercheurs pensent que l'augmentation du taux d'obésité chez les enfants serait la principale cause du changement observé, puisque le gras corporel stimulerait la production d'une hormone, la leptine, nécessaire à la puberté.

Le nombre d'obèses (11 % des filles âgées de 6 à 11 ans aux États-Unis) a doublé depuis les années 1960, décennie pendant laquelle ce phénomène est apparu.

Les auteurs notent également qu'une puberté précoce est souvent associée à une tension artérielle élevée et à un taux de sucre trop élevé, des symptômes qui sont fréquemment liés au diabète.

Certains stimulateurs d'oestrogène contenus dans des produits chimiques, notamment le maquillage ou encore le vernis à ongles, pourraient aussi contribuer à l'apparition précoce de la puberté.

D'autres facteurs pourraient aussi intervenir, comme une grande consommation de viande ou de laitages et l'augmentation de la consommation d'hormones.

Certains chercheurs pensent que le bombardement d'images à caractère sexuel diffusées à la télévision peut aussi stimuler certains développements précoces.

Le détail de cette étude est publié dans la revue Pediatrics.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !